Aller au contenu principal

FNB : "encéphalogramme plat pour le plan de filière"

Seize mois la signature du plan de filière et six mois après la promulgation de la loi EGAlim, la FNB constate que pas un seul contrat assurant la couverture du coût de production des éleveurs n’a été signé. Et la dynamique de montée en gamme ambitieuse, décidée collectivement, n’a toujours pas démarré.

charolaise au pâturage
© S.Bourgeois

Dans un communiqué du 25 avril, le Conseil d’administration de la Fédération Nationale Bovine signale que plus que jamais en ce début d'année 2019, la conjoncture est propice à une hausse des prix payés aux éleveurs de bovins : "hausse de la consommation et de la demande en viande bovine de qualité, application de la loi issue des Etats Généraux de l'Alimentation, agréments pour le marché chinois de trois entreprises. Et pourtant, les cotations stagnent, la contractualisation ne se développe pas et la part du Label Rouge, censée atteindre 40 % d'ici 2022, n'augmente pas. 

Mauvaise volonté des entreprises de l'aval

"Cette situation résulte de la mauvaise volonté des entreprises de l’aval de la filière, de leur mépris total pour les travaux menés au sein de l’interprofession et de leur incapacité à prendre la mesure de l’enjeu d’une stratégie partagée en faveur de la pérennité de l'élevage français" selon la FNB.

L'organisation en appelle aux pouvoirs publics et demande notamment au Gouvernement de procéder à un suivi précis et régulier de la mise en oeuvre du Plan de Filière et de la réalisation des objectifs affichés par chaque secteur. En particulier, la FNB demande une contractualisation obligatoire pour le segment de marché du Label Rouge.

Pour Bruno Dufayet, président de la FNB : "Nous améliorons nos pratiques, nous faisons évoluer notre métier pour répondre aux attentes de la société, ... mais nos revenus continuent de baisser. Le progrès, prôné par les industriels, les distributeurs et le Gouvernement, ne se fera pas plus longtemps sur le dos des éleveurs : il est urgent que chacun prenne ses responsabilités »

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« J’ai envoyé mes propositions de contrats à mes négociants. Et vous ? »
David Moisan, éleveur de charolaises et président de la section viande bovine de la FNSEA de Loire-Atlantique a interpellé les…
Stéphanie Mocques-Goure, éleveuse. « Je cherche au maximum à ne pas avoir recours au tracteur. "
[Charges de mécanisation] « Je sors mes piquets plutôt que mon tracteur »
À Beaufort-en-Anjou, dans le Maine-et-Loire, le pâturage est un partenaire de choix pour permettre à Stéphanie Mocques-Goure de…
« Nous ne voulons plus travailler à perte »
La contractualisation est « le » sujet du moment pour la production de viande bovine. Il cristallise bien des discussions sur le…
Que nous réserve "l'année viande bovine" 2022 ?

2021 a été une année « bovine » contrastée. Après un début de printemps sec et frisquet, la météo s’…

Patrick Veysset
« Les charges de mécanisation par hectare augmentent avec la taille des exploitations bovins viande »
Patrick Veysset est économiste au centre Inrae de Theix dans l’unité mixte de recherche sur les herbivores. Il constate au fil…
L’engraissement des vaches repose sur un équilibre à trouver entre l’animal, les ressources disponibles et le marché visé, à réfléchir à l’échelle du système.
Des recommandations pour la finition des vaches de réforme du troupeau allaitant
La vente de vaches finies représente une part importante du produit viande. À la lumière de plusieurs essais conduits sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande