Aller au contenu principal

FNB : "encéphalogramme plat pour le plan de filière"

Seize mois la signature du plan de filière et six mois après la promulgation de la loi EGAlim, la FNB constate que pas un seul contrat assurant la couverture du coût de production des éleveurs n’a été signé. Et la dynamique de montée en gamme ambitieuse, décidée collectivement, n’a toujours pas démarré.

charolaise au pâturage
© S.Bourgeois

Dans un communiqué du 25 avril, le Conseil d’administration de la Fédération Nationale Bovine signale que plus que jamais en ce début d'année 2019, la conjoncture est propice à une hausse des prix payés aux éleveurs de bovins : "hausse de la consommation et de la demande en viande bovine de qualité, application de la loi issue des Etats Généraux de l'Alimentation, agréments pour le marché chinois de trois entreprises. Et pourtant, les cotations stagnent, la contractualisation ne se développe pas et la part du Label Rouge, censée atteindre 40 % d'ici 2022, n'augmente pas. 

Mauvaise volonté des entreprises de l'aval

"Cette situation résulte de la mauvaise volonté des entreprises de l’aval de la filière, de leur mépris total pour les travaux menés au sein de l’interprofession et de leur incapacité à prendre la mesure de l’enjeu d’une stratégie partagée en faveur de la pérennité de l'élevage français" selon la FNB.

L'organisation en appelle aux pouvoirs publics et demande notamment au Gouvernement de procéder à un suivi précis et régulier de la mise en oeuvre du Plan de Filière et de la réalisation des objectifs affichés par chaque secteur. En particulier, la FNB demande une contractualisation obligatoire pour le segment de marché du Label Rouge.

Pour Bruno Dufayet, président de la FNB : "Nous améliorons nos pratiques, nous faisons évoluer notre métier pour répondre aux attentes de la société, ... mais nos revenus continuent de baisser. Le progrès, prôné par les industriels, les distributeurs et le Gouvernement, ne se fera pas plus longtemps sur le dos des éleveurs : il est urgent que chacun prenne ses responsabilités »

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Frédéric Capsenroux. « J’ai changé ma vision de la conduite de la reproduction. Avant, je ne voulais que des taureaux mais, l’insémination permet de sécuriser la production et d’avoir accès à un plus large choix côté génétique. » © E. Durand
Un système salers cohérent entre tout herbe et génétique
Frédéric Capsenroux élève 75 mères salers à Ytrac dans le Cantal. Il produit essentiellement du broutard et de la génétique, mais…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande