Aller au contenu principal

Interbev : «un autre système d’affichage environnemental est possible pour la viande rouge»

Interbev demande aux pouvoirs publics de prolonger et d’approfondir les travaux pour aboutir à un score environnemental officiel fiable pour la viande rouge.

aubrac
© F.Alteroche

Le cabinet de conseil EVEA, l’ITAB, l’Institut de l’Elevage, et Interbev ont rendu à l’ADEME un rapport le 1er juillet sur l’expérimentation d’un affichage environnemental pour la filière viandes rouges. « Nos travaux respectifs convergent vers la faisabilité d’un affichage plus juste » annonce Interbev dans un communiqué le 8 juillet 21.

La méthodologie proposée combine en effet des indicateurs de l'analyse du cycle de vie enrichis (biodiversité, stockage de carbone et qualité des sols) avec des indicateurs complémentaires (présence d’infrastructures agroécologiques). Elle répartit plus équitablement les impacts au stade de l’abattoir entre la viande rouge et les coproduits qui sont valorisés (cuir,..) en respectant la norme ISO 14044. Et les bonnes pratiques et certifications en élevage (bio, label rouge) et en entreprises (économie d’eau, d’énergie,…) y sont valorisées.

Lire aussi : Les ONG et Interbev saluent l’initiative du Planet-Score

De nombreuses combinaisons ont été testées dans le cadre de ces travaux. Voici ci-dessous le résultat de deux d’entre eux :

 

 

infographie agribalyse Interbev

 

« L’objectif est de participer à la construction d’un « score environnemental officiel » en proposant une méthode de notation alternative à l’ACV (analyse du cycle de vie) seule, prenant en compte les impacts positifs des systèmes d’élevage herbagers autonomes et pâturants et répondant aux attentes des consommateurs comme aux préoccupations des ONG.»  

 

 

 

Interbev alerte sur le fait que les choix « technico-scientifiques et politiques » qui seront faits vont conditionner l’orientation des systèmes d’élevage français. « Le projet d’affichage s’il n’était pas adapté pourrait conduire à son échec : risque de confusion voire d’incohérence entre un score et les autres informations disponibles sur le produit (labels, modes de production…) ; risque de décrédibilisation en cas de remise en cause méthodologique et scientifique ; enfin, risque de déception si les informations disponibles ne répondaient pas aux véritables attentes des consommateurs. »

Lire aussi : Carbone : « construire un cercle vertueux et rentable pour mon élevage »

Ces travaux s'inscrivent dans le cadre d'une expérimentation prévue par la loi AGEC (lutte contre le gaspillage et économie circulaire).

Lire aussi : La ferme France, exemplaire dans la gestion de ses déchets

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Flavien Fayolle mesure 1,75 mètre et malgré un été caniculaire très déficitaire en eau son switchgrass en seconde année de végétation a réalisé une belle croissance.
Deux hectares de panic érigé pour réduire les achats de paille de litière
Pour remédier en partie à leur déficit en paille, les associés du Gaec Fayolle en Corrèze ont semé l’an dernier quatre parcelles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande