Aller au contenu principal
Font Size

Grand Est : des performances dégradées pour les systèmes allaitants après trois années de sécheresse

Optival a évalué l’impact de trois années successives de sécheresse, de 2017 à 2019, sur les performances des élevages allaitants du secteur Meurthe-et-Moselle, Vosges et Meuse à partir des données de reproduction et de pesée des veaux du contrôle de performances.

Le déicit de précipitation s'est accentué au niveau national avec un mois de juillet très sec au niveau ntational.
© S.Bourgeois-archives

 

L’effectif de vaches a augmenté de 15 à 20 % mais le nombre de veaux est resté le même. Les IVV se sont allongés de 25 jours en moyenne pour les multipares, et la croissance des veaux a baissé de 5 kilos. Ce qui se cumule aux surcoûts alimentaires et à la dégradation des prairies naturelles.

« D’après nos données, l’effectif de vaches a augmenté de 15 à 20 % mais le nombre de veaux est resté le même » analyse Rémi Valette, technicien bovins croissance pour Optival (groupe Seenorest) lors d'un webinaire organisé suite à l'annulation du Salon de l'Herbe 2020.

« On constate un taux important de vaches vides, bien souvent lié à des avortements causés par les fortes chaleurs. Une partie des vaches ont aussi eu des difficultés à remplir. Pendant la canicule, l’expression des chaleurs est mauvaise et aussi, quelquefois, les taureaux ont du mal à saillir. Ce taux de vaches vides est aussi certainement en rapport avec des carences en oligo-éléments et minéraux durant la période estivale et/ou la période hivernale. » D’après ces données, l' IVV s’est allongé en moyenne de 14 jours pour les primipares et de 25 jours pour les multipares toutes races confondues.

« Nous avons mis en évidence aussi une baisse de croissance des veaux, certainement liée à une moindre production de lait de leurs mères qui recevaient une alimentation un peu moins soutenue » ajoute Rémi Valette. « Cette baisse de poids était de 5 kilos en moyenne sur les mâles et les femelles toutes races confondues. » Les pâtures se sont beaucoup dégradées sous l’effet des sécheresses répétées, notamment les vielles prairies naturelles. La complémentation des veaux était parfois tardive ou insuffisante, à cause de problèmes de trésorerie. Ceci est aussi une conséquence du manque de stock, les vaches étant souvent à la paille.

Optival a calculé l’impact économique sur un troupeau moyen de 60 vaches allaitantes :

  • 20 % des vaches vides représentent 12 vaches improductives à nourrir l’hiver, à raison de 500 euros par vaches = 6 000 euros
  • perte de 5 kilos de moyenne sur le poids de vente de 24 broutards = 336 euros
  • 1 mois en plus de complémentation des 24 broutards avec un aliment complet à 280 euros/t, à raison de 2 kg/jour = 403 euros

Soit une perte totale sur un an de 6739 euros, équivalent à la vente en moins de 7 broutards.

« Faire un diagnostic de gestation des vaches rentrée, veiller à ne pas sous doser en période hivernale comme en période estivale l’apport de minéraux et d’oligo-éléments, faire un flushing avant la mise à la reproduction permettent de limiter la casse » conseille Rémi Valette. Pour récolter des fourrages de qualité, alors que beaucoup de prairies se sont dégradées, on peut envisager des semis sous couvert ou se tourner vers des espèces plus adaptées au climat.

A ces pertes économiques importantes s’ajoute l’astreinte supplémentaire pour nourrir et parfois abreuver les animaux parallèlement aux gros travaux de fenaison et moisson.

 

Retrouvez les autres vidéos proposées suite à l'annulation du Salon de l'herbe 2020 ici

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande