Aller au contenu principal

Faux steaks hachés de Pologne : un rapport cinglant du Sénat

La commission des affaires économiques du Sénat estime que la réaction de l'Etat n'a pas été à la hauteur. Dix-huit recommandations sont formulées pour qu'une telle situation ne se reproduise pas.

viande hachée
© Pixabay

"Comment en est-on arrivé là ?" Dans un communiqué de presse publié le 24 juillet, la commission des affaires économiques du Sénat tacle la gestion du dossier par les administrations compétentes qui "avaient les moyens de limiter les effets de la crise, voire de l'éviter."

 

Sans préjuger le fond de l'affaire, à savoir une éventuelle qualification en tromperie, le rapport avance que les dysfonctionnements ont porté à la fois sur les appels d'offre initiaux, qui n'assurent pas la traçabilité des matières premières, et sur les contrôles effectués par les services de l'Etat. Le dernier contrôle de l'industriel polonais qui a fabriqué ces produits datait de 2013 alors que les services sont censés contrôler chaque industriel au moins une année sur deux. Les autorités pilotant le FEAD (fonds européen d'aide aux plus démunis) ont commandé fin mai des analyses de steaks hachés alors que les associations et la DGCCRF avaient déjà les résultats de leurs propres laboratoires et que les premières alertes ont été émises début février.

 

"En outre, les assocations se sont senties "bien seules" dans la gestion de crise, les services de l'Etat estimant qu'une fois les denrées livrées, elles étaient responsables des conséquences de leur distribution."

 

Dix-huit recommandations opérationnelles sont formulées par le Sénat.

 

Elles portent sur le renforcement des appels d'offre afin qu'ils ne favorisent plus une course au moins disant tarifaire, au détriment de la qualité des denrées, en exigeant davantage de critères pour les attributaires et en favorisant un approvisionnement plus local.

Elles suggèrent aussi de limiter le carcan administratif pesant sur les associations, de mettre en place une procédure d'alerte pilotée par l'administration en cas de crise, seule à même d'interrompre rapidement la distribution des produits sur l'ensemble du territoire, et d'octroyer des aides en urgence aux associations qui rencontrent de grande difficultés depuis cette affaire.

 

Lire aussi : Faux steaks hachés de Pologne : la FNB demande la généralisation du "100 % muscle"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande