Aller au contenu principal

Faux steaks hachés de Pologne : la FNB demande la généralisation du "100 % muscle"

Dans un communiqué du 7 juin, la FNB exprime l’exaspération des éleveurs français face à ces situations qui ne sont pas tolérables. Interbev porte plainte contre X.

viande hachée
© Pixabay

Une tromperie grave des consommateurs vient d'être identifiée sur de la viande bovine étrangère, concernant cette fois des volumes importants de faux steaks hachés, provenant de Pologne.

La FNB réagit dans un communiqué du 7 juin en demandant aux pouvoirs publics, dans la stricte logique des Etats Généraux de l'Alimentation, d'assurer la généralisation du cahier des charges "100% muscle" pour l'ensemble de la viande bovine distribuée en France sur appels d'offre, dans les cantines et en restauration, ainsi qu’en boucherie et grande distribution.

La filière fraçaise s’est dotée depuis longtemps de ce cahier des charges « 100% muscle » qui garantit la composition et la qualité des viandes pour les steaks hachés, dans l’objectif justement de pleine transparence et de garantie vis-à-vis des consommateurs.

"Et afin d’enrayer l’importation de produits douteux, qui ne correspondent ni à nos standards de production ni de fabrication, les consommateurs sont en droit, et se doivent, d’exiger l’origine française et le logo « 100% muscle » sur les produits qui leur sont proposés !" affirme la FNB.

La Fédération Nationale Bovine déplore cette situation, qui touche sur ce cas aujourd’hui l’alimentation proposée aux plus démunis, et va à l’encontre du travail des associations caritatives, victimes de cette fraude. "Et comme dans d’autres affaires, la pression au prix le plus bas conduit aussi à franchir des lignes rouges au détriment de la qualité."

Interbev annonce, dans son communiqué du 7 juin, porter plainte contre X. "Le terme « steak haché » ne peut pas être utilisé pour un produit contenant des protéines végétales. Cette nouvelle affaire conforte pleinement dans ses actions pour faire respecter strictement le code des usages français et clarifier l'utilisation des appellations relatives aux viandes. "

Dominique Langlois, Président d'Interbev, déclare ainsi : « Nous demandons une sévérité exemplaire afin que de tels actes frauduleux ne puissent plus se reproduire en France. Il est de notre devoir de garantir à tous nos concitoyens une viande irréprochable en termes de qualité. Interbev, en collaboration avec Inaporc, travaille depuis plusieurs mois à la mise en place d'une association qui favorisera les dons de viande française aux plus démunis. »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
« Nous voulons être encore là demain »
Delphine Freyssinier est en Gaec avec son père Christian à Trizac dans le Cantal. Leur exploitation est forcément très orientée…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Hugues Pichard, nouveau Président de Races de France
Le Président de l’Organisme de Sélection Charolais France est depuis le premier octobre le nouveau Président de Races de France,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande