Aller au contenu principal

Jean-François Guihard, président de la commission communication collective d’Interbev
« Envoyer localement un message positif avec les journées Made in Viande »

Pour cette 5e édition des rencontres Made in viande, un peu plus de 900 échanges ont eu lieu entre le grand public et des professionnels de la filière élevage et viande pour parler de leur métier et répondre aux questions des consommateurs.

Jean-François Guihard est boucher dans le Morbihan et également président de la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT) depuis janvier 2017. © Interbev
Jean-François Guihard est boucher dans le Morbihan et également président de la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT) depuis janvier 2017.
© Interbev

Quel bilan tirez-vous de la cinquième édition des journées Made in viande, organisée du 22 au 29 mai dernier, sur l’ensemble du territoire français ?

Jean-François Guihard - « Le bilan global de cette dernière édition est plutôt très positif avec un nombre important de portes ouvertes (908) et une répartition avoisinant les 50 % aval, 50 % amont. Ce dernier chiffre montre une certaine cohérence de la filière avec une bonne représentation de chaque maillon. En plus des artisans bouchers, charcutiers et tripiers (348 entreprises), de très nombreux professionnels du secteur élevage et viande participent à ces portes ouvertes : élevages (372), marchés aux bestiaux, centres de tri des animaux (17), entreprises d’abattage, de découpe et de transformation des viandes et charcuteries (89), boucheries de grandes et moyennes surfaces (36), restaurants collectifs (44).

Le qualitatif est primordial. On a privilégié la qualité à la quantité pour favoriser une vraie implication des professionnels ouvrant leurs portes. »

Ces journées restent-elles opportunes ?

J. - F. G. - « Oui. Plus que jamais la filière doit s’ouvrir ! On n’a pas honte de notre métier. On n’a pas à se cacher. On en est fiers au contraire. Aussi, ces journées sont l’occasion pour nous de mettre en lumière le savoir-faire de notre filière et de montrer notre implication quotidienne pour offrir une viande de qualité. Le consommateur peut ainsi venir échanger avec des professionnels de la viande en toute convivialité. »

Les rencontres Made in viande sont-elles adaptées aux évolutions de la consommation et des consommateurs ?

J. - F. G. - « Nos journées répondent bien aux évolutions actuelles : consommer mieux mais de façon plus responsable. Avec cette initiative, on permet aux consommateurs de mieux comprendre les différents métiers de la filière viande et, ainsi de consommer de manière éclairée, en quantité raisonnée, tout en privilégiant plaisir et qualité, équilibre et variétés, local et durabilité. Ce genre de manifestation représente ainsi un très bon vecteur de communication pour illustrer l’évolution des pratiques de notre filière en réponse aux attentes de la consommation d’aujourd’hui. »

Touchent-elles suffisamment les jeunes urbains, consommateurs de demain ?

J. - F. G. - « Les journées Made in viande ne touchent peut-être pas suffisamment les jeunes urbains. On a encore des efforts à fournir pour les sensibiliser. Toutefois, le volet jeune est déjà bien présent avec un grand nombre d’établissements scolaires (primaires, collèges et lycées) inscrits à au moins une porte ouverte (278). À l’heure actuelle, on doit faire face à des campagnes de désinformation des antiviandes, pas équitables dans leurs propos et qui visent le sensationnel. Nous, professionnels de la filière, on ne souhaite pas rentrer dans cette démarche. L’année prochaine ces rencontres seront renouvelées avec des évolutions pour être toujours plus proche du consommateur. L’édition 2019 a répondu à nos attentes avec de nombreux retours positifs notamment dans les médias locaux. Un exploitant ou un boucher sont connus dans leur milieu. C’est donc à l’échelle locale qu’il faut travailler pour que le message positif obtenu rejaillisse à l’échelle nationale. »

« C’est le mieux qui prime »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande