Aller au contenu principal

La distribution de l’aliment des veaux est automatisée

Contraint de ménager son dos et de ne plus porter des seaux d’aliment, Estebe Sallato, éleveur de 68 Blondes d’Aquitaine dans les Pyrénées atlantiques, a conçu une ligne de distribution de l’aliment des veaux.

1.jpg

Dans la stabulation, l’éleveur distribue les concentrés avec un godet mélangeur de céréales Emily Duomix. L’aliment des veaux est déversé avec le godet dans une petite trémie suspendue (à gauche) qui alimente une plus grande trémie (à droite) via une vis de diamètre 160 et de 7 m de long. Un capteur enclenche la mise en route de la vis quand la première trémie commence à se remplir. La seconde, fabriquée avec du contreplaqué de 22 mm, peut contenir 250 kilos d’aliment.

 

2.jpg

L’éleveur a acheté d’occasion une ligne de distribution d’alimentation de porcherie de diamètre 60 (de type spire continue). Avec une longueur de 20 m de long, il couvre l’ensemble des parcs à veaux. Elle est à la fois suspendue par des chaînes et posée sur des supports fixes pour assurer sa rigidité. La spire prend l’aliment sous la grande trémie et le distribue dans les mangeoires par le biais de deux descentes par case. Les tuyaux souples (60 mm) sont connectés à la spire par une mâchoire à l’intérieur de laquelle un clapet tournant permet de fermer et d’ouvrir individuellement chaque descente.

 

3.jpg

Quand la spire s’enclenche, elle alimente successivement chaque descente. Lorsque la première est pleine, l’aliment poursuit sa course dans la spire pour alimenter la descente suivante et ainsi de suite. À l’extrémité de la spire, un contacteur de bourrage stoppe le moteur quand tout est plein. Le système fonctionne avec toute présentation d’aliment (granulé, farine, copeaux de tourteau…), assure l’éleveur.

 

4.jpg

Les tuyaux souples de descente (60 mm) sont emmanchés dans un tuyau rigide de diamètre 90 et 20 cm de long. Il est coupé en biais pour que l’aliment tombe vers l’avant. Entre la quantité d’aliment qui s’écoule naturellement dans l’auge et celle qui reste dans la descente, le système est calibré pour l’équivalent d’un seau (12-15 kg). Lorsque les veaux sont petits, une seule descente est ouverte. Le seul risque, c’est qu’un veau mange au premier tuyau pendant que l’aliment descend, empêchant le remplissage des tuyaux suivants.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
La convergence aggrave la perte sur l'aide couplée pour les systèmes engraisseurs spécialisés de jeunes bovins, naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins et naisseurs-engraisseurs de veaux sous la mère.
PAC 2023 : les aides du premier pilier ne favorisent pas les systèmes qui engraissent
D’après une simulation de l’Institut de l’élevage, les systèmes qui engraissent seraient franchement perdants sur le premier…
En Espagne, la convergence n'est pas favorable aux systèmes engraisseurs.
PAC 2023 : quels choix ont fait nos voisins européens pour les bovins viande ?
Chez nos voisins et partenaires européens, les aides couplées aux bovins viande évoluent globalement peu, et il n’y a pas…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Pour l’engraissement de jeunes bovins ou de femelles, les repères sont bousculés entre de nouveaux niveaux de charges alimentaires, et des cotations des animaux qui évoluent constamment et rapidement.
Une conjoncture déstabilisante pour l’engraissement
Entre volatilité des cours des matières premières pour l’engraissement des bovins viande et cotations inédites des animaux, les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande