Aller au contenu principal

La distribution de l’aliment des veaux est automatisée

Contraint de ménager son dos et de ne plus porter des seaux d’aliment, Estebe Sallato, éleveur de 68 Blondes d’Aquitaine dans les Pyrénées atlantiques, a conçu une ligne de distribution de l’aliment des veaux.

1.jpg

Dans la stabulation, l’éleveur distribue les concentrés avec un godet mélangeur de céréales Emily Duomix. L’aliment des veaux est déversé avec le godet dans une petite trémie suspendue (à gauche) qui alimente une plus grande trémie (à droite) via une vis de diamètre 160 et de 7 m de long. Un capteur enclenche la mise en route de la vis quand la première trémie commence à se remplir. La seconde, fabriquée avec du contreplaqué de 22 mm, peut contenir 250 kilos d’aliment.

 

2.jpg

L’éleveur a acheté d’occasion une ligne de distribution d’alimentation de porcherie de diamètre 60 (de type spire continue). Avec une longueur de 20 m de long, il couvre l’ensemble des parcs à veaux. Elle est à la fois suspendue par des chaînes et posée sur des supports fixes pour assurer sa rigidité. La spire prend l’aliment sous la grande trémie et le distribue dans les mangeoires par le biais de deux descentes par case. Les tuyaux souples (60 mm) sont connectés à la spire par une mâchoire à l’intérieur de laquelle un clapet tournant permet de fermer et d’ouvrir individuellement chaque descente.

 

3.jpg

Quand la spire s’enclenche, elle alimente successivement chaque descente. Lorsque la première est pleine, l’aliment poursuit sa course dans la spire pour alimenter la descente suivante et ainsi de suite. À l’extrémité de la spire, un contacteur de bourrage stoppe le moteur quand tout est plein. Le système fonctionne avec toute présentation d’aliment (granulé, farine, copeaux de tourteau…), assure l’éleveur.

 

4.jpg

Les tuyaux souples de descente (60 mm) sont emmanchés dans un tuyau rigide de diamètre 90 et 20 cm de long. Il est coupé en biais pour que l’aliment tombe vers l’avant. Entre la quantité d’aliment qui s’écoule naturellement dans l’auge et celle qui reste dans la descente, le système est calibré pour l’équivalent d’un seau (12-15 kg). Lorsque les veaux sont petits, une seule descente est ouverte. Le seul risque, c’est qu’un veau mange au premier tuyau pendant que l’aliment descend, empêchant le remplissage des tuyaux suivants.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande