Aller au contenu principal

Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant

Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d'agriculture de la Somme présente les avantages de cet aliment riche de 70 % d'amidon, et les précautions à prendre.

Cette année, la déstructuration du marché de la pomme de terre oriente de grandes quantités de pommes de terre vers quelques méthaniseurs, mais surtout vers l'alimentation animale, explique Daniel Platel de la chambre d'agriculture de la Somme.

Lire dans l'Action agricole Picarde : La pomme de terre s'invite au repas des bovins

La faible teneur en matière sèche (20 %) de la pomme de terre doit être bien prise en compte dans le calcul de son intérêt économique. "Au-delà de 20 €/t rendu, on dépasse les 100 €/t de matière sèche ce qui correspond au prix de la pulpe surpressée", avise le conseiller.

La valorisation de la pomme de terre est facile en engraissement de jeunes bovins. L'association fonctionne très bien avec la pulpe surpressée. Avec l'ensilage de maïs, il faut vérifier que la ration totale ne dépasse pas les 40 % d'amidon. Une période de transition de trois semaines est à respecter pour que les animaux créent la flore intestinale adéquate. Une régularité de l’approvisionnement en frais doit donc être assurée. On peut augmenter de 3 à 5 kg par animal et par semaine la quantité distribuée.

Pour les vaches allaitantes, la pomme de terre, qui est très riche, se consomme avec modération. Au stade lactation, elle est intéressante pour aider à garder en état les vaches qui ont tendance à maigrir.

La pomme de terre contient 70 % d’amidon, "c’est de la dynamite". Il faut surveiller la rumination, les signes d'agitation et l'aspect des bouses. En ces de problème, les quantités distribuées de pommes de terre doivent être réduites et l'apport de paille dans la ration revu. Si cela ne suffit pas, il fait revoir la ration avec son conseiller.

RBV283_pommesdeterre1

 

Le verdissement et la quantité de germes sont à surveiller, mais ne posent pas de problème en petite quantité mélangée à l’ensemble de la ration.

Le risque d'étranglement est minimisé en plaçant les pommes de terre au pied des animaux. Une barre au garrot ou le blocage au cornadis est utile pour éviter que les animaux ne relèvent la tête en mangeant. Comme les bovins adorent les pommes de terre, ils se précipitent et trient pour les manger en premier au moment de la distribution. Si chacun a bien une place à l'auge, cela se passe mieux. Pour une sécurité maximum, il est préférable de distribuer cet aliment broyé.

 

 

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
La convergence aggrave la perte sur l'aide couplée pour les systèmes engraisseurs spécialisés de jeunes bovins, naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins et naisseurs-engraisseurs de veaux sous la mère.
PAC 2023 : les aides du premier pilier ne favorisent pas les systèmes qui engraissent
D’après une simulation de l’Institut de l’élevage, les systèmes qui engraissent seraient franchement perdants sur le premier…
En Espagne, la convergence n'est pas favorable aux systèmes engraisseurs.
PAC 2023 : quels choix ont fait nos voisins européens pour les bovins viande ?
Chez nos voisins et partenaires européens, les aides couplées aux bovins viande évoluent globalement peu, et il n’y a pas…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Pour l’engraissement de jeunes bovins ou de femelles, les repères sont bousculés entre de nouveaux niveaux de charges alimentaires, et des cotations des animaux qui évoluent constamment et rapidement.
Une conjoncture déstabilisante pour l’engraissement
Entre volatilité des cours des matières premières pour l’engraissement des bovins viande et cotations inédites des animaux, les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande