Aller au contenu principal

Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant

Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d'agriculture de la Somme présente les avantages de cet aliment riche de 70 % d'amidon, et les précautions à prendre.

Cette année, la déstructuration du marché de la pomme de terre oriente de grandes quantités de pommes de terre vers quelques méthaniseurs, mais surtout vers l'alimentation animale, explique Daniel Platel de la chambre d'agriculture de la Somme.

Lire dans l'Action agricole Picarde : La pomme de terre s'invite au repas des bovins

La faible teneur en matière sèche (20 %) de la pomme de terre doit être bien prise en compte dans le calcul de son intérêt économique. "Au-delà de 20 €/t rendu, on dépasse les 100 €/t de matière sèche ce qui correspond au prix de la pulpe surpressée", avise le conseiller.

La valorisation de la pomme de terre est facile en engraissement de jeunes bovins. L'association fonctionne très bien avec la pulpe surpressée. Avec l'ensilage de maïs, il faut vérifier que la ration totale ne dépasse pas les 40 % d'amidon. Une période de transition de trois semaines est à respecter pour que les animaux créent la flore intestinale adéquate. Une régularité de l’approvisionnement en frais doit donc être assurée. On peut augmenter de 3 à 5 kg par animal et par semaine la quantité distribuée.

Pour les vaches allaitantes, la pomme de terre, qui est très riche, se consomme avec modération. Au stade lactation, elle est intéressante pour aider à garder en état les vaches qui ont tendance à maigrir.

La pomme de terre contient 70 % d’amidon, "c’est de la dynamite". Il faut surveiller la rumination, les signes d'agitation et l'aspect des bouses. En ces de problème, les quantités distribuées de pommes de terre doivent être réduites et l'apport de paille dans la ration revu. Si cela ne suffit pas, il fait revoir la ration avec son conseiller.

RBV283_pommesdeterre1

 

Le verdissement et la quantité de germes sont à surveiller, mais ne posent pas de problème en petite quantité mélangée à l’ensemble de la ration.

Le risque d'étranglement est minimisé en plaçant les pommes de terre au pied des animaux. Une barre au garrot ou le blocage au cornadis est utile pour éviter que les animaux ne relèvent la tête en mangeant. Comme les bovins adorent les pommes de terre, ils se précipitent et trient pour les manger en premier au moment de la distribution. Si chacun a bien une place à l'auge, cela se passe mieux. Pour une sécurité maximum, il est préférable de distribuer cet aliment broyé.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
Alexandra, Jean-Pierre et leur fils Florian Lannez travaillent en Gaec avec 95 vaches sur 140 ha. Ils sont confrontés aux…
De combien augmente le coût de production de la viande bovine avec la flambée des charges ?
L’Institut de l’Elevage a simulé l’impact de la flambée des charges sur le coût de production du kilo de viande bovine.
Fin de la rétention des jeunes bovins
Depuis fin mars, les sorties de jeunes bovins de type viande sont plus importantes. Elles correspondent à un décalage des ventes…
Alexis Thibault, Gaec de la Vallée des Blondes, 250 mères Blondes d’Aquitaine naisseur-engraisseur, 3 associés, à Le Busseau, dans les Deux-Sèvres
[Bioscurité] « J’utilise une cloche pour protéger les cadavres de bovins adultes»
Alexis Thibault du Gaec de la vallée des blondes dans les Deux-Sèvres a acheté une cloche à cadavres de grande dimension, qui…
Angeline, Thierry et Martin Radiguet. « On n’envisageait pas de passer l’exploitation en agriculture biologique sans finir nos animaux. La bascule est un outil indispensable pour piloter cette phase."
D’un système naisseur conventionnel à un système naisseur-engraisseur bio
Au Gaec des Hautes Broudières à Tourouvre au Perche dans le Perche ornais, le passage à l’agriculture biologique a été synonyme d…
Le projet Pheno 3D émane d’une demande de modernisation de la part du réseau des organismes Bovins croissance.
Le pointage et la pesée des veaux allaitants s’automatisent grâce à l’imagerie 3D
Une petite révolution se prépare pour le pointage et la pesée des veaux. Les tests d’un prototype démarrent ce printemps. En 2024…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande