Aller au contenu principal
Font Size

Bruno Cassar dans le Tarn : "des halles fermières pour mieux vendre la viande bovine"

Bruno Cassar (troisième en partant de la gauche) avec les trois autres associés du Gaec. © M-L. Chabalier
Bruno Cassar (troisième en partant de la gauche) avec les trois autres associés du Gaec.
© M-L. Chabalier

"Je suis en Gaec à Lombers, dans le Tarn, avec Jean-François et Pierre, mes deux frères et Gilles, mon neveu. Nous avons démarré la vente directe en 1992 avec rapidement la mise en place sur la ferme d’un laboratoire agréé pour la découpe et la réalisation de charcuteries et conserves. Nous sommes passés de la Blonde d’Aquitaine à l’Aubrac pour simplifier la conduite d’élevage avec en 2010 une conversion en bio pour les bovins. Actuellement nous écoulons en vente directe la totalité des bovins (veaux lourds, bœufs et vaches de boucherie) issus de notre cheptel de 200 mères et 75 % des porcs provenant de notre atelier naisseur engraisseur de 84 truies.
Nous avons décidé d’investir dans la périphérie d’Albi. L’« OC, halles fermières Cassar & Co » a ouvert le 3 février à Puygouzon sur la route de Castres, à proximité de la rocade à une quinzaine de kilomètres de l’exploitation. Notre cœur de métier est la boucherie charcuterie, mais on a voulu un magasin multiproduit en passant des conventions avec d’autres producteurs locaux pour les volailles, les primeurs, les fromages et le vin. Aujourd’hui les clients veulent faire l’essentiel de leurs courses au même endroit. Nous avons acheté la moitié d’un ancien magasin d’ameublement et l’autre a été acquise par l’Épi du Rouergue, une SA créée par sept boulangers patissiers de l’Aveyron, lesquels détiennent désormais 12 points de vente répartis sur le Tarn et l’Aveyron. Nos deux magasins sont indépendants, mais leur proximité et leur complémentarité sont un atout pour attirer la clientèle avec 50 places de parking. L’essentiel de la découpe continue à être réalisée à la ferme avec un petit labo d’appoint au magasin. Actuellement nous avons deux structures : le Gaec qui produit et la SARL qui commercialise. Entre associés du Gaec et salariés, la vente directe permettait de totaliser 10 emplois auxquels sont venus s’ajouter les quatre salariés supplémentaires liés à l’ouverture de « OC, halles fermières Cassar & Co ». Notre magasin est ouvert tous les jours sauf le jeudi et le dimanche après-midi. À moyen terme, nous pensons faire évoluer notre présence sur les marchés d’Albi, Gaillac, Castres et Réalmont. Rien n’est encore décidé !"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande