Aller au contenu principal

Des Bazadaises bio bien valorisées

Suite à son installation, Paul Dussau a substitué les palmipèdes gras par un cheptel bazadais naisseur engraisseur. Malgré ce changement radical, il a choisi comme le faisaient ses parents avant lui, de rester en bio et de valoriser ses animaux en vente directe.

Dans le sud des Landes, aux confins des Pyrénées-Atlantiques, le village de Pimbo domine une plaine où les hectares de maïs succèdent aux hectares de maïs associés à de nombreux élevages de volaille et surtout de canards. « On est à 200 mètres d’altitude. C’est presque le point culminant du département ! », souligne avec humour Paul Dussau, installé depuis 2013 en EARL avec ses parents sur l’exploitation familiale, laquelle était en bio depuis 1994 avec une production de canards gras. Une production entièrement écoulée en vente directe depuis de nombreuses années. « Mon père a fait partie des pionniers de l’agriculture biologique du département. » L’exploitation faisait alors 28 hectares, principalement en cultures, avec comme seule surface en herbe les parcours des canards.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande