Aller au contenu principal

Les artisans bouchers font face à la crise énergétique

Les artisans bouchers de la CFBCT ont manifesté fin novembre. Une partie des entreprises du secteur n’était alors pas éligible au dispositif d’aides gouvernementales.

Les artisans bouchers demandent un blocage du prix de l'énergie pour leur profession.
Les artisans bouchers demandent un blocage du prix de l'énergie pour leur profession.
© S. Chatenet - Presse agricole du Massif central/ Archives

La Confédération française des artisans bouchers charcutiers traiteurs (CFBCT) a manifesté en tenue professionnelle le 29 novembre 2022 à proximité de l’Assemblée nationale. Une partie des boucheries n’entraient pas dans le dispositif d’aides mises en place pour faire face au prix de l’électricité tel qu’il était défini par le ministère de l’Économie fin novembre.

"Si le gouvernement ne prend pas ses responsabilités dans les semaines qui viennent, nous assisterons collectivement à la mort de nombreuses entreprises artisanales", alertait Jean-François Guihard, président de la CFBCT. Les artisans bouchers gèrent déjà la hausse du prix des matières premières, des emballages et des salaires. La profession n’avait pas manifesté depuis vingt ans.

Le dispositif d’aides a évolué depuis cette manifestation. À compter de 2023, "l’amortisseur électricité" prendra le relais du "bouclier tarifaire" pour les PME et pour les TPE de moins de dix salariés dont le compteur excède une puissance de 36 kVA. Le gouvernement a ensuite annoncé le 8 décembre le renforcement du dispositif : certaines PME et TPE pourront finalement prétendre aux aides au paiement des factures d’électricité et de gaz tout en bénéficiant de l’amortisseur électricité.

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande