Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Covid 19] Une vente de taureaux Salers perturbée mais réalisée à distance

La seconde vente aux enchères de jeunes taureaux Salers évalués à la station de Saint Bonnet dans le Cantal s’est déroulée dans des conditions un peu particulières faute de pouvoir réunir les acheteurs autour d’un ring de vente. L’essentiel des animaux qualifiés ont cependant trouvé preneur.

Une dizaine de taureaux demeurent disponible jusqu'au 8 avril prochain.
© DR

Alors qu’elle aurait du avoir lieu dans le ring de vente de la station d’évaluation de Saint-Bonnet-de-Salers, dans le Cantal, la vente de la seconde bande de jeunes taureaux Salers évalués sur leur performances propres a eu lieu dans des conditions inhabituelles compte tenu des circonstances sanitaires. Une vidéo de chacun des 34 taureaux qualifiés était disponible sur la page facebook du Groupe Salers Evolution et sur son site, accompagnée des différentes données du catalogue de vente (origines et performances de chaque taureau en station).

Les éventuels acheteurs ont ensuite eu deux jours, le premier et le deux avril dernier, pour faire état par courriel du prix qu’ils étaient prêts à consentir pour le ou les animaux qui les intéressai(en)t. Un fonctionnement un peu comme une vente aux enchères sous pli cacheté, mais qui a eu lieu par courriel et avec deux jours pour déposer sa proposition. Les acheteurs pouvaient également contacter les techniciens de l’Organisme de Sélection sur leur portable. Les offres d’achat ont été dépouillées le vendredi 3 avril en attribuant comme il se doit chaque animal au plus offrant.

La mise à prix était de 2050 €. « Sur un total de 34 veaux retenus à la vente, 85% ont trouvé preneurs, pour une moyenne de vente de 3437€. » ont indiqué les organisateurs à l’issue de la vente. « Tous prendront des destinations différentes, trois quittent la France, treize sont conservés dans le berceau de race et treize rejoindront les zones extérieures. » Les cinq animaux invendus ainsi que quelques non qualifiés au demeurant intéressants demeurent disponibles à la vente jusqu'à ce mercredi 8 avril en prenant contact pour cela avec le Groupe Salers Evolution. Qu’on se le dise !

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
Élodie et Florent Gobet élèvent 75 à 80 Charolaises à Propières dans le Rhône) et commercialisent tout en vente directe. © Gaec Gobet
Chez Elodie et Florent Godard : « avec le confinement, la demande en vente directe a nettement augmenté »

« Avec mon mari, Florent, nous élevons 75 à 80 Charolaises à Proprières, dans le Rhône. Je gère l…

clôture virtuelle Nofence
Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis
Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
Quentin Alteyrac. « Les 280 hectares conduits en pâturage de précision représentent le cœur de la ferme. Ils sont d’un seul tenant. Seule une route avec peu de passages sépare la partie garrigue, exposée Sud, de la partie prairie exposée Nord. Chaque parcelle a son point d’eau. » © Ferme de Fajac
Quentin Alteyrac dans l'Aude : « améliorer l’efficience du système dans son ensemble »
Dans l’Aude, sur la ferme de Fajac, gérée par Quentin Alteyrac, lorsque le système tout herbe a été modifié pour mettre en place…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande