Aller au contenu principal

[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »

La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle décapitalisation constatée en ferme. Pour Didier Guillaume, la filière doit réagir et répondre à la détresse des éleveurs. Une réunion sera prochainement organisée par le Ministère.

En mars 2018, il y avait en France quatre millions de vaches allaitantes. Elles n’étaient plus que 3,85 millions 24 mois plus tard. Combien seront-elles en mars 2021 ? Au rythme où vont les choses et compte tenu du contexte très dégradé du marché de la viande bovine, il est illusoire de penser que la décapitalisation en cours va s’inverser. C’est d’autant plus préoccupant que, même confinés, les Français ont bon appétit et ont absolument pas renoncé à la viande bovine. Ils ont en revanche clairement fait évoluer leurs habitudes de consommation avec toujours plus de viande hachée.

Progression de la proportion de muscles dirigés vers le hachoir

La proportion de muscles qui ont terminé dans un hachoir et non tranché dans des barquettes a été en nette progression ces dernières semaines. Cette proportion aurait en moyenne avoisiné 70% début avril contre 56% en 2017, année où ce chiffre avait été précisément établi par l’Institut de l’élevage à partir de données communiquées par les principaux acteurs de l’aval. Cette proportion de 70% serait bien entendu plus importante pour les carcasses de laitières et forcément un peu moindre pour les allaitantes avec, pour ces dernières, de grosses nuances selon l’âge, la race, le compromis poids/conformation et le niveau de finition.

Et comme le steak haché est un produit d’appel pour lequel les tarifs sont âprement discuté, tout laisse à penser que plus la proportion de muscles d’une carcasse qui termine dans un hachoir est élevé, et moins le prix au kilo carcasse départ ferme est attractif pour les éleveurs.

Situation dramatique des éleveurs bovins allaitants 

« Alerté par la situation dramatique des éleveurs bovins allaitants », Didier Guillaume a estimé le quatre Mai dans un communiqué que la baisse de rémunération des éleveurs bovins était « inadmissible », et que cette situation n’était hélas pas nouvelle. Face à cette nouvelle dégradation de la conjoncture pour les animaux finis, Didier Guillaume a demandé aux responsables d’Interbev bovin de réunir des données pour pouvoir objectiver la situation. « Je réunirai dans les jours qui viennent l’ensemble des acteurs de la filière pour partager ces données, et voir comment, la transparence, et les efforts faits par chacun des maillons de la chaîne auront comme conséquence une meilleure répartition de la valeur, en permettant aux éleveurs de vivre décemment de leur travail », annonce-t-il dans le communiqué. Et d’appeler également la filière bovine française à « faire évoluer son modèle ».

Retrouver « l’équilibre économique bovin »

Dans un communiqué diffusé le lendemain 5 Mai, co-signé par Jean-Paul Bigard, président de Culture Viande et Gilles Gauthier, président de FedeV, les deux fédérations des entreprises des secteurs de l’abattage et de la découpe appellent, à "la reconstitution d’une union sacrée pour retrouver « l’équilibre économique bovin » à ce jour perdu."

Dans leur courrier les deux présidents rappellent quatre données clé s’appliquant au secteur français de la viande bovine :

-1-  Le marché français n’est pas une bulle. Ses productions doivent être concurrentielles à l’export et il ne peut refouler les importations saines et loyales.

-2- La guerre des prix en distribution et la concurrence industrielle engendrent une perte de valeur. Dit autrement, une compétition sans fin au niveau des prix de vente au consommateur et des résultats d’exploitation négatifs conduisant à l’issue fatale.

-3-  En l’absence de choix techniques justifiés, assumés en amont et face aux changements dans la consommation des Français, le prix des viandes hachées ne doit pas être condamné à baisser par principe mais servir de base revalorisée et évolutive en fonction de l’équilibre carcasse (offre-demande des muscles / valorisation du cinquième quartier).

-4-   Le boucher, son savoir-faire, sa technicité et sa maîtrise économique du produit viande doivent être remis au service du rayon et du client.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
Philippe Bosc. "L'association ray- grass hybride + trèfle violet est comme toutes les prairies et céréales mise en place en semis direct sans aucun travail du sol et ceci depuis 26 ans." © F. d'Alteroche
"Je sème mes prairies sous le couvert d'un méteil"
Des fourrages de qualité sont déterminants pour favoriser la fertilité et avoir des vêlages les plus groupés possible. Philippe…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Quentin Dupuis. « On renouvelle nos prairies au fur et à mesure, en intégrant des légumineuses. Les trèfles violets et blancs correspondent bien à notre exploitation. » Tous les lots sont conduits en pâturage tournant. © C. Delisle
[Légumineuses] "De la protéine dans 60 % des prairies temporaires"
Chez Didier et Quentin Dupuis à Vausseroux dans les Deux-Sèvres, l’herbe est une culture aussi importante que les céréales. Pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande