Aller au contenu principal

Cinq scénarios pour le Massif central à l’horizon 2050

À l’heure où éleveurs et acteurs de l’aval s’interrogent sur leur devenir, l’Inra a récemment présenté les résultats d’une étude prospective sur de possibles évolutions pour l’élevage du Massif central à l’horizon 2050. Voici un condensé de leur travail.

Dans le Massif central, l’activité de la plupart des exploitations repose sur la prairie et sa valorisation par des cheptels bovins, ovins ou caprins. Le recours à ces animaux est incontournable dans la mesure où le contexte pédoclimatique dans lequel évoluent la plupart des exploitations, fait qu’il est souvent impossible de faire pousser autre chose que de l’herbe sur une bonne partie des parcelles, quand ce n’est pas sur la totalité. Afin d’aider au débat entre les acteurs de ces filières d’élevage et les autres usagers du territoire, le Commissariat général à l’égalité des territoires a demandé au centre Inra Auvergne Rhône-Alpes de réaliser une étude prospective à l’horizon 2050. Elle vise à anticiper les différentes évolutions possibles pour mieux s’y préparer. « Sans prétendre à une impossible prévision de ce qui va se passer, c’est un outil de réflexion stratégique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande