Aller au contenu principal

Sécheresse : Christophe Pouget « Mon revenu s’est évaporé »

Témoignage d'un éleveur de 70 aubracs à Sauxillanges, dans le Puy-de-Dôme.

 © F. d'Alteroche
© F. d'Alteroche

"102 hectares de SAU entièrement consacrés à l’herbe, 70 vêlages par an centrés sur septembre octobre, des broutards vendus en fin d’été et la finition de l’essentiel des femelles hormis celles vendues pour l’élevage… Jusqu’à l’an dernier, je dégageais un revenu grâce à une bonne gestion et des résultats techniques satisfaisants. Mes Aubrac sont en pâturage tournant. Les stocks sont composés aux trois-quarts d’enrubannage et le reste en foin. C’est lié au manque de bâtiments. Cela devrait s’inverser l’an prochain avec la mise en service d’une stabulation et la reconversion en grange d’un hangar jusque-là utilisé pour hiverner un lot. Un investissement bénéfique côté temps de travail mais qui arrive au mauvais moment.
Très sec, l’automne 2018 m’a obligé à puiser prématurément dans les stocks. Puis le manque de précipitations s’est poursuivi au premier semestre 2019. En 2018, j’avais récolté 770 bottes d’enrubannage et 380 de foin. Cette année, c’est 700 bottes en cumulant foin et enrubannage soit 40 % en moins. Fin juin puis en juillet, le thermomètre est monté à 42 °C à l’ombre. Depuis le 14 juillet, mes vaches pleines sont affouragées à raison de quatre bottes par jour. Mi-août, il me restait 650 ballots récoltés sur l’exploitation. À cette date j’en avais l’an dernier 1 375 dont 225 de la récolte 2017. J’ai acheté 75 tonnes de paille à 110 euros la tonne. D’habitude j’en fais 400 bottes par an achetées en andain. Mais sur les surfaces pressées habituellement je n’ai réalisé que 120 bottes. J’ai acheté 60 tonnes de foin (173 euros/tonne) par l’intermédiaire d’une commande centralisée par la chambre d’agriculture. Soit un total de 25 000 euros. Mon revenu s’est évaporé dans ces achats. Ce stock doit me permettre de tenir jusqu’à fin mars à condition que les averses orageuses d’août se renouvellent en septembre pour me permettre de cesser au plus tôt de puiser dans les stocks.
39 broutards et 31 velles ont été sevrés le 18 juillet. Les mâles sont repoussés avec du bon foin et 4,5 kg d’aliment par tête et par jour. Aux tarifs actuels du foin, de l’aliment et des broutards, j’ai calculé que je gagne 30 euros par jour et encore sans compter mon temps de travail ! Autre évolution probable : passer à 65 vêlages par an. J’étais monté de 60 à 70 après de bonnes années fourragères. Dans ce contexte de sécheresses récurrentes, ce n’est plus tenable. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande