Aller au contenu principal

Sécheresse : Christophe Pouget « Mon revenu s’est évaporé »

Témoignage d'un éleveur de 70 aubracs à Sauxillanges, dans le Puy-de-Dôme.

 © F. d'Alteroche
© F. d'Alteroche

"102 hectares de SAU entièrement consacrés à l’herbe, 70 vêlages par an centrés sur septembre octobre, des broutards vendus en fin d’été et la finition de l’essentiel des femelles hormis celles vendues pour l’élevage… Jusqu’à l’an dernier, je dégageais un revenu grâce à une bonne gestion et des résultats techniques satisfaisants. Mes Aubrac sont en pâturage tournant. Les stocks sont composés aux trois-quarts d’enrubannage et le reste en foin. C’est lié au manque de bâtiments. Cela devrait s’inverser l’an prochain avec la mise en service d’une stabulation et la reconversion en grange d’un hangar jusque-là utilisé pour hiverner un lot. Un investissement bénéfique côté temps de travail mais qui arrive au mauvais moment.
Très sec, l’automne 2018 m’a obligé à puiser prématurément dans les stocks. Puis le manque de précipitations s’est poursuivi au premier semestre 2019. En 2018, j’avais récolté 770 bottes d’enrubannage et 380 de foin. Cette année, c’est 700 bottes en cumulant foin et enrubannage soit 40 % en moins. Fin juin puis en juillet, le thermomètre est monté à 42 °C à l’ombre. Depuis le 14 juillet, mes vaches pleines sont affouragées à raison de quatre bottes par jour. Mi-août, il me restait 650 ballots récoltés sur l’exploitation. À cette date j’en avais l’an dernier 1 375 dont 225 de la récolte 2017. J’ai acheté 75 tonnes de paille à 110 euros la tonne. D’habitude j’en fais 400 bottes par an achetées en andain. Mais sur les surfaces pressées habituellement je n’ai réalisé que 120 bottes. J’ai acheté 60 tonnes de foin (173 euros/tonne) par l’intermédiaire d’une commande centralisée par la chambre d’agriculture. Soit un total de 25 000 euros. Mon revenu s’est évaporé dans ces achats. Ce stock doit me permettre de tenir jusqu’à fin mars à condition que les averses orageuses d’août se renouvellent en septembre pour me permettre de cesser au plus tôt de puiser dans les stocks.
39 broutards et 31 velles ont été sevrés le 18 juillet. Les mâles sont repoussés avec du bon foin et 4,5 kg d’aliment par tête et par jour. Aux tarifs actuels du foin, de l’aliment et des broutards, j’ai calculé que je gagne 30 euros par jour et encore sans compter mon temps de travail ! Autre évolution probable : passer à 65 vêlages par an. J’étais monté de 60 à 70 après de bonnes années fourragères. Dans ce contexte de sécheresses récurrentes, ce n’est plus tenable. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande