Aller au contenu principal

Cédric Mandin : "nos vaches attendent dans la stabulation"

Pour manifester sa colère face à la baisse du prix des bovins finis, Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération Nationale Bovine se refuse dans ce contexte à vendre ses vaches de réformes, pourtant prêtes à partir à l’abattoir.  

Cédric Mandin, en Gaec avec son frère François à Sainte-Cécile, en Vendée. © C. Mandin
Cédric Mandin, en Gaec avec son frère François à Sainte-Cécile, en Vendée.
© C. Mandin

« Je suis en Gaec avec mon frère François. Notre élevage totalise 240 vêlages charolais en système naisseur engraisseur avec un salarié et le recours au service de remplacement compte tenu de ma responsabilité de secrétaire général de la Fédération nationale bovine. Chez nous, les vêlages ont lieu de mi-août à mi-octobre. Lorsqu’au sein du conseil d’administration de la FNB, nous avons appelé le 15 avril à retenir le plus possible les animaux dans les élevages, nos JB étaient vendus. En revanche, le printemps est pour nous la pleine période de vente des femelles. Nous avons actuellement (NDLR : le 14 mai) quelque 25 vaches finies qui attendent en stabulation. Sur ce lot, nous avons réduit la densité énergétique de la ration en rajoutant du foin.

À la FNB, notre logique est de dire qu’il faut arrêter de laisser partir nos animaux pour rien, alors que derrière nous savons que la viande s’écoule sans difficulté. Au cours des deux mois de confinement, il ne s’est jamais vendu autant de steaks hachés. Et malgré ce constat on nous demande de baisser encore le prix de nos animaux. Il y a quand même un problème ! Il faut arrêter de nous prendre pour des ânes ! Bien entendu, nous sommes conscients que cette rétention de bovins sur pieds n’est pas possible dans tous les élevages, surtout après quatre années difficiles où les problèmes de trésoreries s’accumulent. Mais laisser partir des vaches allaitantes correctement finies entre 3,40 et 3,50 euros du kilo carcasse, ce n’est plus possible. Sur le terrain, les éleveurs sont ulcérés par cette situation. Certains me disent que cette rétention d’animaux sur pieds aurait dû être initiée plus tôt. En Vendée et ailleurs, il y a un vrai problème de renouvellement des générations d’éleveurs. Au moment des départs en retraite, les terres sont reprises mais pas les cheptels. La décapitalisation allaitante en cours est tout bonnement préoccupante. Ce phénomène a contribué à masquer le recul des effectifs puisque cette décapitalisation a conforté de façon transitoire les disponibilités pour les abatteurs ces derniers mois. Les chiffres sur l’évolution des effectifs du troupeau français devraient pourtant les faire réfléchir. À force de tirer sur la corde, elle finit par casser."

 

Lire aussi : [Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
« Nous voulons être encore là demain »
Delphine Freyssinier est en Gaec avec son père Christian à Trizac dans le Cantal. Leur exploitation est forcément très orientée…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Hugues Pichard, nouveau Président de Races de France
Le Président de l’Organisme de Sélection Charolais France est depuis le premier octobre le nouveau Président de Races de France,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande