Aller au contenu principal

Broutards et jeunes bovins : la FNB encourage les éleveurs à reprendre la main sur la commercialisation

La concertation organisée par le ministre de l'Agriculture sur les cours des broutards n'aboutit pas, selon un communiqué de la Fédération Nationale Bovine. L'organisation encourage les éleveurs à reprendre la main sur la commercialisation des animaux.

broutards charolais
© F. Alteroche - archives

Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a initié une concertation avec les groupes d’exportateurs de broutards depuis le mois d’octobre, à l'occasion de son déplacement dans le Puy-de-Dôme. Une réunion a eu lieu ce vendredi 11 décembre 2020.

"Une concertation qui, malheureusement, n’a abouti à aucune solution concrète de court et moyen terme visant à revaloriser le prix payé aux éleveurs. Et ce, alors que ces derniers ont déjà, depuis le début de la crise, perdu près de 30% de leur revenu annuel" selon la FNB qui s'exprime dans un communiqué daté du 11 décembre 2020.

La FNB évoque "la désinvolture coupable dont font preuve certains acteurs de la filière – y compris coopératifs – qui, alertés depuis des mois par les éleveurs, n’ont toujours pas apporté le moindre élément de réponse tangible à la baisse des prix injustifiée qu’ils imposent à leurs fournisseurs."

"Elle va donc recentrer sa mission sur ce chantier : encourager les éleveurs à reprendre la main sur la commercialisation de leurs animaux, en contournant ainsi les opérateurs. Néanmoins, les éleveurs le savent : ils ne parviendront pas à sortir de cette situation sans un soutien fort, concret et déterminé du Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation."

 

La Coordination Rurale demande au ministre une aide à la commercialisation

Dans un courrier envoyé le 30 novembre 2020, la Coordination Rurale a demandé au ministre de l’Agriculture la mise en place d’une aide similaire à celle qui avait été déployée en 2017 pour les jeunes bovins de races à viande.

D'un montant forfaitaire de 150 euros, elle "avait participé au rééquilibrage du marché de la viande bovine et au redressement des cotations. Au regard de la situation sur le marché du maigre, la Coordination Rurale a demandé au ministre d’élargir la mesure aux broutards pour un montant similaire."

La Coordination Rurale demande sa mise en place pour les jeunes bovins mâles et les broutards pendant les mois de janvier à avril 2021. "Les abatteurs ont actuellement tout le loisir d’imposer leurs prix du fait d’un surstock d’environ 10 000 jeunes bovins depuis de nombreux mois. En résulte une situation intenable pour les éleveurs qui subissent déjà une situation économique fragile depuis de nombreuses années."

L'organisation estime qu'en agissant sur les deux niveaux de production, les impacts seraient rapides et constitueraient un vrai soutien à l’ensemble des éleveurs allaitants. « Cette aide n’a pas vocation à résoudre les problèmes structurels de la filière, mais elle représente une solution pour désengorger la filière jeunes bovins et broutards », indique Alexandre Armel, Secrétaire général de la CR et responsable de la section Viande dans un communiqué du 7 décembre 2020.

 

Lire aussi : Les jeunes bovins au plus bas quand ils devraient être au plus haut

Prix des broutards « Nous voulons être encore là demain »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande