Aller au contenu principal

[Bovins viande] Des pratiques d’élevages passées à la loupe

Ce numéro 4 des dossiers techniques de l’élevage présente l’analyse des résultats de l’enquête nationale Agreste « Pratiques d’élevage 2015 » menée auprès des éleveurs de bovins, ovins et caprins sur les conditions de logement des animaux, la gestion des effluents, les pratiques sanitaires et l’organisation du travail dans les élevages.

« La valorisation de cette enquête à laquelle se sont pliés les éleveurs doit ainsi les servir ainsi qu’à leurs filières respectives afin de nourrir les stratégies de demain et donc préparer l’avenir », souligne Martial Marguet, éleveur et président de l’Institut de l’élevage.
© C. Delisle

L’Institut de l’élevage a réalisé un état des lieux précis des pratiques des éleveurs sur un large champ de thématiques : conditions de logement, gestion des effluents, alimentation, pratiques sanitaires et biosécurité, surveillance et soins apportés aux animaux et organisation des tâches. Ce travail basé sur une enquête Agreste 2015, a été conduite en 2016 auprès de 12 500 exploitations de bovins, ovins et caprins avant d’être mis en perspective avec des résultats obtenus dans le cadre d’enquêtes précédentes (2001, 2008, 2012) puis confronté à d’autres références et croisé avec les expertises de l’Institut de l’élevage.

 

50 % des bâtiments de bovins viande ont plus de 20 ans

En élevages bovins allaitants, le taux de renouvellement annuel des bâtiments est bas et la stabulation libre gagne du terrain. La litière paillée accumulée reste prédominante.

 

Lire aussi : Des bâtiments qui respirent hiver comme été

 

Les exploitations enquêtées comptent de deux à trois bâtiments pour loger leurs animaux. Les bâtiments construits ou aménagés avant 1994 sont les plus représentés. En bovins viande, on en chiffre un sur deux et demi. De plus, 50 % des bâtiments ont plus de 20 ans : un bâtiment sur cinq a été monté au cours de la période 1995-2001. De 1994 à 2008, les constructions ou rénovations se sont réalisées sur un rythme régulier avant une baisse sensible après 2009 avec seulement 15 % du parc dans cette tranche d’âge. « L’effet bénéfique du PMPOA2 puis du PMBE est très marqué jusqu’en 2008-2009. L’année 2010 semble être une année charnière de la construction en bovins viande qui se maintient ensuite à un niveau constant jusqu’en 2015 mais avec un taux de renouvellement annuel très bas. Avec un taux de construction de 1,2 % à 1,5 %, renouveler complètement le parc de bâtiments des élevages allaitants demande plus de 60 ans. C’est très insuffisant pour à l’avenir maintenir des outils modernes. Ainsi, 5,3 % des bâtiments abritant des bovins allaitants ont moins de 5 ans. »

 

Lire aussi : Bâtiments bien pensés, veaux en bonne santé

 

En partant de l’état du parc des bâtiments d’élevage, une simulation a été réalisée pour évaluer les investissements nécessaires à la poursuite des évolutions tendancielles. En bovins viande, il existe des besoins en forte hausse pour rénover un parc ancien et suivre l’évolution des modes de logement de manière favorable au bien-être animal et aux conditions de travail des éleveurs. Les besoins de modernisation sont estimés à 1 milliard d’euros par an.

 

Le curage de la litière au tracteur, une pratique majoritaire

Quelle que soit la catégorie de ruminants, le curage de la litière au tracteur apparaît comme étant la pratique majoritaire (plus de 60 % des exploitations, toutes régions confondues), sauf Auvergne-Rhône-Alpes. Vient ensuite le raclage mécanique ou automatique cité dans 30 % des élevages enquêtés. Les autres pratiques (évacuation manuelle, hydrocurage...) restent marginales.

Ainsi, la proportion d’exploitations déclarant évacuer les déjections manuellement va de 0 à plus de 8 %, les valeurs les plus élevées se rencontrant dans les régions de montagne pour lesquelles le pourcentage d’étables entravées est plus important qu’ailleurs.

Concernant la fréquence d’évacuation, l’enquête Agreste n’ayant pas distingué la zone de couchage et d’exercice, il n’est pas permis de conclure sur le sujet.

 

Lire aussi : La température de litière comme indicateur de curage

 

Par contre, sur la question du stockage du fumier, la pratique au champ est largement répandue et ce, quel que soit le type d’élevage de ruminants. Les deux tiers des éleveurs de bovins déclarent y avoir recours. La durée de présence du tas de fumier est pour plus de 50 % des éleveurs comprise entre 3 et 6 mois. Moins de 15 % d’entre eux le laissent plus de 6 mois mais jamais au-delà de 9 mois en accord avec la réglementation en zones vulnérables.

Concernant les fumières, elles sont généralement non couvertes (21 % en bovins viande). Leur fréquence de vidage est en moyenne de 2,4 fois par an en élevages bovins viande. En élevages allaitants, les fosses de stockage des effluents couvertes (fosses sous caillebotis, fosses à purin sous fumière alimentée par un évacuateur à fumier…) représentent 64 % des ouvrages. La taille moyenne d’une fosse est de 238 m2 en vaches allaitantes pour une moyenne de fréquence de vidange de 3,8 fois par an. Cette fréquence varie avec la taille du troupeau. En bovins viande, ce sont dans les cheptels de 50 à 74 vaches que les fosses sont vidées le plus régulièrement.

 

Lire aussi : Une stabulation aux nombreuses astuces

 

Le travail en élevage et le temps libre

Le temps de travail en élevages bovins viande n’a pas été analysé dans ce document. Par contre, il s’est intéressé à la durabilité sociale des élevages. 44 % des éleveurs bovins viande arrivent à se libérer plus de 2 jours consécutifs (5 à 10 jours).

 

Lire aussi : Une contention fixe pour sécuriser le travail avec les bovins

 

Des pratiques sanitaires en évolution, en lien avec les demandes sociétales

Pour la première fois, l’enquête Agreste aborde la question de la santé animale autour de trois thématiques, la biosécurité, la santé et les soins apportés aux animaux. Certaines pratiques sont dépendantes de la taille des troupeaux, des régions d’implantation, des cahiers des charges, des signes officiels de qualité et d’origine.

 

Lire aussi : les éleveurs premières sentinelles des maladies émergentes

 

Il ressort de cette étude que près de 60 % des élevages allaitants disposent d’un espace spécifique pour isoler un animal malade. Par ailleurs, près de 60 % des éleveurs réalisent un traitement ou une désinfection des bâtiments. Dans 82 % des cas, ce travail est effectué par les éleveurs eux-mêmes et dans 15 % par une société spécialisée. Dans la majorité des cas (90 %), les éleveurs utilisent un raticide associé pour 30 % des élevages à un insecticide. La pose du raticide est majoritairement réalisée 3 fois dans l’année contre une fois pour l’insecticide. En ce qui concerne la désinsectisation, elle est faite quasiment dans tous les élevages par le chef d’exploitation.

 

Lire aussi : Préparer les broutards à la transition entre naissage et engraissement

 

« La surveillance des animaux est effectuée plusieurs fois par jour quand ils sont dans les bâtiments (dans 94 % des élevages). Au cours des phases de pâturage, la surveillance se fait plusieurs fois par jour pour 27% des éleveurs et une fois par jour pour 55% d’entre eux. »

En matière de santé, les pratiques évoluent en lien avec les demandes sociétales et varient avec la taille du troupeau ou la région d’implantation. Les traitements antibiotiques sont davantage raisonnés et baissent sensiblement. 21 % des éleveurs utilisent des compléments alimentaires pour augmenter la résistance des animaux aux maladies et 16 %, des approches complémentaires. En ce qui concerne les médecines complémentaires, 37 % des éleveurs ont recours à l’homéopathie, 30 % à la phytothérapie et 7 % associent les 2. L’aromathérapie est employée par 7 % d’entre eux. Le recours aux médecines complémentaires se développe davantage dans les grands troupeaux tout comme les pratiques sanitaires afin de limiter les risques de contagions. Des moyens de maîtrise pour éviter les accidents sanitaires et donc les risques économiques sont également plus utilisés.

 

Lire aussi : Mieux comprendre la biosécurité pour améliorer les pratiques

 

Caractéristiques de l’échantillon analysé

L’enquête réalisée entre avril et juillet 2016 portait sur les pratiques des éleveurs au cours de l’année 2015. Le tirage au sort des exploitations à enquêter a été effectué à partir du recensement agricole 2010 dans les exploitations ayant, pour les bovins, au moins 10 vaches allaitantes ou 50 bovins.

Les seuils retenus intègrent dans le champ de l’enquête, 97 % des vaches allaitantes. Après application des seuils d’effectifs au niveau des élevages, les départements ont été classés par ordre décroissant des effectifs départementaux. Les départements retenus dans le champ géographique de l’enquête permettent de couvrir 80 % de l’effectif total des animaux. Aussi, la diversité des contextes de production est couverte pour l’élevage de vaches allaitantes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande