Aller au contenu principal

Bovins viande : agir tôt pour faire barrage aux boiteries

Les boiteries, problématique peu considérée jusqu’à ces dernières années, prennent de l’ampleur dans les élevages allaitants. Les instituts techniques, groupements sanitaires et professionnels de la filière mettent les bouchées doubles pour trouver des moyens de maîtrise adaptés à la production.

La meilleure des parades reste d’anticiper avant que les boiteries ne s’installent.
© L.Pouchard

Qu’ils soient naisseurs ou engraisseurs, les éleveurs allaitants font de plus en plus appel à un pédicure bovin pour des problèmes de boiteries. Les dégâts de ces pathologies multifactorielles sur les cheptels gagnent à être connus et à être redoutés surtout. En France, une étude menée par la chambre d’agriculture de l’Aisne auprès de quinze éleveurs engraisseurs de jeunes bovins a montré que 16 % des animaux étaient vendus précocement dont 75 % à cause de problèmes de boiterie. Ces départs anticipés impliquaient une sous-valorisation moyenne de 100 euros par taurillon(1). Ce premier constat alarmant pousse aujourd’hui les acteurs de la filière à se saisir de cette problématique.

Confrontés à des cas de boiteries depuis plusieurs années, les trois éleveurs interrogés dans ce dossier ont chacun déployé des stratégies de lutte propres à leur système. « Elles se discutent au cas par cas en fonction des moyens dont ils disposent et du temps qu’ils sont prêts à investir pour contenir la maladie. Le tout est d’être réactif et constant dans ses pratiques », soutient Isabelle Delaunay, enseignante coordinatrice de la formation des pédicures pour bovins et parage bovin au CFPPA du Rheu, en Ille-et-Vilaine. Pour ceux qui ont la chance d’être encore indemnes, ils sont encouragés à renforcer leur vigilance lors de l’arrivée de nouveaux pensionnaires et sur les conditions d’environnement de leur exploitation (logement, place à l’auge, accès à l’eau…).

À l’échelle nationale, les projets sont lancés pour objectiver précisément l’ampleur des boiteries et identifier des moyens de maîtrise adaptés. Des travaux génétiques portés sur le plus long cours émergent également pour améliorer la morphologie du sabot et la santé du pied parmi les principales races allaitantes.

 

Retrouvez tous les articles de ce dossier : 

 

À savoir

En ligne depuis 2017, le site boiteries-des-bovins.fr est conçu pour reconnaître, prévenir et gérer les boiteries le plus rapidement possible. Cette plateforme pédagogique est destinée aux éleveurs et à leurs conseillers. « Si les contenus sont davantage apparentés au lait, les éleveurs de bovins allaitants peuvent aussi y trouver leur compte, renseigne Aurore Duvauchelle Waché, vétérinaire chargée de projets santé et bien-être des ruminants à l’Idele. Toutefois, ça reste de l’information, pas de la formation ! »

Les plus lus

élevage de vaches de race aubrac en Lozère
« Avec nos 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement, nous dégageons 50 000 euros de revenu disponible pour deux associés »

En Lozère, David et Ludovic Cayrel élèvent 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement chaque année. La valorisation de…

éleveurs bovins viande bâtiment charolaise
« Nous faisons naître 360 veaux dans l’hiver sous un même bâtiment »

Le Gaec Gauthé, dans la Nièvre, a choisi il y a une vingtaine d’années de faire vêler dans un grand bâtiment les vaches…

Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises situé à Ceyrat dans le Puy-de-Dôme
Astuce d'éleveur : des piquets fixés par du sable dans des manchons de PVC

Situé en zone pavillonnaire, Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises, a dû tenir compte des contraintes…

Jean-Michel, Michelle et leur fils Damien : « Le bâtiment, peu profond, permet de voir tout le troupeau en un coup d'œil. »
Bâtiment d’élevage : « Nous avons changé plusieurs fois d’avis avant d’aboutir à un projet façonné selon nos besoins »

Jean-Michel, Michelle et Damien Martin, situés dans la Creuse, ont lancé leur projet de bâtiment en 2019. Entre l’idée de…

Les marchés de bétail vif font face à la décapitalisation

En 2023, les marchés de bétail vif ont enregistré une baisse d’activité de 8,8 %, en lien notamment avec la décapitalisation.…

« Ma rotation n’est pas figée. Elle est plutôt opportuniste et s’adapte en fonction des rendements », explique Fabien Fabre, basé à Cassagnes-Bégonhès dans ...
« Je produis toute l’alimentation des vaches allaitantes en semis direct sous couvert »

Au cœur de l’Aveyron, l’EARL Mazel Fabre produit toute l’alimentation de ses vaches allaitantes en semis direct sous couvert…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande