Aller au contenu principal

Bovins des Combrailles : une marque de proximité avec convention tripartite

Dans le Puy-de-Dôme, une convention tripartite réunit huit élevages, Elvea Nord Auvergne et l’Intermarché de Combronde. Depuis 2017, environ 1000 femelles ont été commercialisées sous la marque Bovins des Combrailles.

© Bovins des Combrailles

Bovins des Combrailles a démarré en 2017 en créant une convention tripartite qui réunit les éleveurs et acheteurs associés d’Elvea Nord Auvergne et l’Intermarché de Combronde, dans le Puy-de-Dôme.

« Si la marque ne s’interdit rien pour l’avenir, les huit élevages engagés depuis le début suffisent pour le moment à assurer les besoins des clients du magasin » explique Sylvain Thomas, directeur de l’Intermarché de Combronde et fondateur de la marque. Les animaux sont abattus à Roanne et les élevages sont situés à 15 km maximum autour du seul point de vente. Difficile de faire plus pour la proximité !

« Cette marque vise à promouvoir la qualité de la viande bovine locale à travers un circuit court et des procédures formalisées. Aucun frais n’est facturé aux éleveurs - nous les prenons en charge - et ils reçoivent une plus-value d’en moyenne 50 centimes au-dessus des cours » explique aussi Sylvain Thomas. « Bovins des Combrailles instaure une relation de confiance à long terme entre consommateurs et producteurs, sans jamais baisser le niveau d’excellence de la viande proposée ». 

Lire aussi : "Je suis raisonnablement optimiste pour notre AOP fin gras du Mézenc"

Charolaise, blonde, aubrac et limousine sont représentées. Ceci est plutôt perçu comme un avantage pour les bouchers qui font découvrir ainsi la diversité des races à leurs clients. « Nous nous sommes aussi associés au chef Frédéric Huret, toque d’Auvergne et enseignant en lycée hôtelier. Les bouchers suivent une formation sur les cuissons avec lui. Le conseil et la relation avec les clients en rayon en est enrichi. »  La charte Bovins des Combrailles mentionne notamment un engraissement avec du tourteau de lin et l’interdiction de l’ensilage, un engagement dans le plan ecoantibio, le respect de la Charte des bonnes pratiques d’élevage… autant de sujets de conversation avec les clients.

 

 

 

Aujourd’hui, la marque Bovins des Combrailles représente environ la moitié des volumes de viande bovine à l’année pour l’intermarché de 1500 m2. « Nous atteindrons peut-être les 80 % dans quelques années, une partie du rayon restant réservée aux promotions SVA liées à l’enseigne » explique Sylvain Thomas. Une promotion importante de la marque est assurée avec un site internet, une campagne d’affichage sur le secteur des Combrailles (mai et octobre), des cartes postales avec recettes autour du bœuf, une chaine Youtube, une page Facebook.. Des visites d’élevage ont aussi déjà été organisées pour des enfants en centre d’animation.

 

Charte Bovins des Combrailles :- Elevage qualifié Charte des bonnes pratiques d’élevage, signataire du plan Ecoantibio, pâturage pendant au minimum six mois sur les douze précédents la phase de finition

- Races à viande ou croisement de races à viande ou mixte, Vaches de maximum 60 mois et génisses à partir de 32 mois, pH inférieur à 6, 360 kg de carcasse minimum, conformation R= minimum, note d’engraissement 2 ou 3

- Engraissement de 90 jours minimum ; tourteau de lin à hauteur de 15 % de la ration ; ration de base : herbe, foin, enrubannage d’herbe, paille ; complémentation sans OGM

Lire aussi : Yves Carpentier, directeur de Cevinor : "Garder une implication régionale avec la signature de contrats tripartites label rouge"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Frédéric Capsenroux. « J’ai changé ma vision de la conduite de la reproduction. Avant, je ne voulais que des taureaux mais, l’insémination permet de sécuriser la production et d’avoir accès à un plus large choix côté génétique. » © E. Durand
Un système salers cohérent entre tout herbe et génétique
Frédéric Capsenroux élève 75 mères salers à Ytrac dans le Cantal. Il produit essentiellement du broutard et de la génétique, mais…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande