Aller au contenu principal

Améliorer et optimiser la valorisation des coproduits du Grand-Est en élevages bovins

Les coproduits des industries agroalimentaires sont une réelle ressource et peuvent être un levier pour accroître l’autonomie territoriale des exploitations agricoles. Toutefois, la valorisation des coproduits nécessite de maîtriser les conditions de stockage pour limiter les pertes d’éléments nutritifs et assurer la qualité sanitaire du produit. Pour améliorer et optimiser leur valorisation un projet, Coprame, piloté par l’Institut de l’élevage, est en cours.

Des Coproduits pour améliorer la multiperformance des élevages bovin lait et viande du Grand-Est
© S. Bourgeois

Les coproduits des industries agroalimentaires sont une réelle ressource (ex : tourteaux, pulpes de betteraves, sons, corn gluten feed...) et de nombreuses voies de valorisation existent (alimentation animale, fertilisation, méthanisation...). Ils peuvent représenter un levier pour accroitre l’autonomie territoriale des exploitations agricoles et ainsi participer à l’économie circulaire. Or, l’articulation des usages est au cœur de la problématique des coproduits. Is sont soumis à des enjeux multiples : sanitaire, économique, environnemental, social...etc. Leur valorisation, en particulier sous forme humide, nécessite de maîtriser les conditions de stockage afin de limiter les pertes d’éléments nutritifs et assurer la qualité sanitaire du produit.

C’est pourquoi, un projet piloté par l’institut de l’élevage et visant à améliorer et optimiser la valorisation des coproduits du Grand-Est en élevages bovins lait et viande, et à évaluer l’impact de leur utilisation sur la multi performance des élevages a été lancé.

Lire aussi : A chaque élevage son co-produit

Ses objectifs opérationnels seront de :

  1. Réaliser une évaluation territoriale des gisements et valorisations des coproduits issus des industries agroalimentaires dans une approche système, conduisant notamment à identifier les concurrences d’usage auxquelles ils sont soumis
  2. Intégrer les coproduits sous différentes formes (mélangés ou non) dans la ration de vaches laitières et de jeunes bovins afin d’évaluer les effets sur les performances techniques, environnementales, et en particulier sur les émissions de méthane entérique, et économiques
  3. Repérer et suivre des élevages valorisant des coproduits pour déterminer les conditions de réussite et les freins à l’utilisation des coproduits.

 

Engagé pour une durée de 40 mois de mars 2021 à juin 2024, les résultats seront mis à disposition tout au long du projet.

 

Lire aussi : Hervé Drouvin dans la Somme : « les pulpes de betteraves surpressées moins intéressantes à moyen terme »

 

Ce projet est piloté par l’Institut de l’Elevage et est conduit en partenariat avec le Bureau Technique de Promotion Laitière (BTPL), Réséda, Agria Grand-Est, Domaine expérimental de la Bouzule, Ferme de l’EPLEFPA de Courcelles-Chaussy, station expérimentale Arvalis de St Hilaire-en-Woëvre, Optival, Chambre d’agriculture d’Alsace, Chambre d’agriculture des Ardennes, Chambre d’agriculture de Moselle. Ce projet sera financé par FranceAgriMer.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Frédéric Capsenroux. « J’ai changé ma vision de la conduite de la reproduction. Avant, je ne voulais que des taureaux mais, l’insémination permet de sécuriser la production et d’avoir accès à un plus large choix côté génétique. » © E. Durand
Un système salers cohérent entre tout herbe et génétique
Frédéric Capsenroux élève 75 mères salers à Ytrac dans le Cantal. Il produit essentiellement du broutard et de la génétique, mais…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande