Aller au contenu principal
Font Size

95 000 visiteurs sont attendus au Sommet de l’élevage

La 27e édition du Sommet de l’élevage devrait rassembler quelque 95 000 visiteurs à la grande halle d’Auvergne les 3, 4 et 5 octobre prochains.

1 468 exposants en 2017, 1 535 en 2018. Année après année, le Sommet de l’élevage poursuit sa montée en puissance. Cette progression est liée pour partie cette année au pôle « énergies renouvelables ». La méthanisation a le vent en poupe. Parmi les autres secteurs en développement, la progression du nombre d’entreprises fournissant les différents matériels et outillages nécessaires à la création d’unité de transformation à la ferme pour la vente directe.

Problème récurrent de l’accès et des parkings

95 000 visiteurs sont attendus avec le problème récurrent d’accès au parking aux heures de pointe. La desserte du salon depuis le centre de Clermont-Ferrand par les transports collectifs n’est pas résolue. Cela incite à un usage massif des voitures individuelles, compliquant l’accès au salon. « Il y a 6 800 places de parking dans l’enceinte de la grande halle d’Auvergne auxquelles s’ajoutent 10 000 places en périphérie, mais cela suffit à peine à accueillir le flot des visiteurs. Heureusement, les travaux en cours sur l’A75 pour la faire passer en 2x3 voies sur la traversée de l’agglomération clermontoise seront stoppés tout au long des trois jours du salon », précise Jacques Chazalet, président du Sommet de l’élevage.

Côté visiteurs, La Turquie sera le pays à l’honneur. L’allégement du protocole sanitaire avec ce pays pour les exportations de bovins vivants va dans le sens d’une fluidification des échanges même si les dévaluations de la livre turque pénalisent la compétitivité du maigre français. « La Turquie importe chaque année 700 000 bovins à engraisser. C’est un débouché potentiel conséquent pour le bétail français. » La Turquie est loin d’être le seul pays visé. 4 500 visiteurs internationaux venus de 85 pays différents se sont rendus sur ce salon l’an dernier. « C’est désormais à l’international que se situe le potentiel de développement de notre salon », souligne Fabrice Berthon son commissaire général.

Passer de trois à quatre jours

Dans l’objectif de mieux satisfaire à la fois visiteurs et exposants, la volonté est de passer à quatre jours d’ouverture. « Cela doit permettre d’étaler dans le temps la présence des visiteurs. Cela va dans le sens d’une meilleure qualité des contacts entre ces derniers et les exposants. L’objectif d’un salon est quand même d’avoir le maximum de contacts commerciaux utiles. » Cette évolution irait aussi dans le sens d’une meilleure utilisation des salles du centre de conférences. Le programme est actuellement très chargé et ne permet pas d’organiser autant de colloques et réunions que certains le souhaiteraient. De même, le « timing » pour l’occupation du Zénith et des rings de présentation des bovins lait, ovins et équins est minuté. Cela complique les présentations avec un emploi du temps devenu particulièrement compliqué à gérer.

Pour les éditions à venir, la région Auvergne Rhône-Alpes, propriétaire du site, s’est engagée à ce que la halle en dure promise l’an dernier soit effectivement construite. Elle totalisera un hectare couvert soit pratiquement autant que les 12 000 m2 de celle déjà existante. Les races plus particulièrement à l’honneur cette année seront la Salers pour les allaitantes et la Simmental pour les laitières. En 2019, c’est la Blonde d’Aquitaine qui prendra le relais.

En chiffres

180 000 m2 d’exposition
80 000 m2 de stands
2 000 animaux d’élite (bovins lait et viande, ovin, caprin et équin).
25 visites d’élevage et de sites agro-industriels programmés

Les principaux concours allaitants

Mercredi 3 octobre

8h30 à 13h National Salers

13h à 15h30 Concours Charolais

15h30 à 17h Concours Parthenais

17h à 19h Concours Blond d’Aquitaine

Jeudi 4 octobre

8h30 à 10h30 Concours Aubrac

11h à 12h30 Concours Gascon

12h30 à 13h30 Concours Blanc Bleu

14h à 20h Concours Salers

Vendredi 5 octobre

8h30 à 9h30 Concours Bazadaise

9h30 à 11h30 Concours Limousin

11h30 à 12h30 Concours Hereford

13h15 à 14h Trophées Sabot d’Or

14h à 18h30 Concours Salers

Tout le programme détaillé des différents concours, présentations et conférences sur www.sommet-elevage.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande