Aller au contenu principal
Font Size

Restauration
« Braver les préjugés tenaces sur les producteurs locaux »

Échange avec Nicolas Portas, directeur de l’association nationale Agrilocal, un outil de mise en relation des fournisseurs de produits locaux avec les acheteurs de la restauration collective. Le bio y fait sa place doucement.

Nicolas Portas, directeur de l'association nationale Agrilocal. © Agrilocal
Nicolas Portas, directeur de l'association nationale Agrilocal.
© Agrilocal

Quelle est la mission d’Agrilocal ?

Nicolas Portas - L’association nationale Agrilocal a été créée en juillet 2013. Nos adhérents sont les conseils départementaux, lesquels s’acquittent d’une cotisation et bénéficient d’une mise à disposition de l’outil Agrilocal. Il s’agit d’un service public dont la vocation est la mise en relation de fournisseurs de produits agroalimentaires locaux avec des acheteurs publics de restauration collective, écoles, hôpitaux, maisons de retraites… L’acheteur public lance son marché à travers la plateforme et des producteurs intéressés répondent en proposant leurs produits, biologiques, conventionnels, AOP ou IGP, selon la disponibilité du territoire.

3 500 tonnes de produits alimentaires locaux ont été commercialisées via Agrilocal

À l’heure actuelle, nous avons 36 départements adhérents. En 2018, 1993 acheteurs ont utilisé la plateforme, soit une progression de plus de 16 % par rapport à 2017. Depuis le lancement de la démarche, ce sont plus de 3 500 tonnes de produits alimentaires locaux qui ont été commercialisées via Agrilocal, soit près de 14 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Que représente le bio ?

N. P. - Les produits bio locaux représentent 12 % des volumes commercialisés l’année dernière, et 15 % du chiffre d’affaires, en augmentation de 3 % par rapport à 2017. La demande ne se fait pas spécifiquement sur des produits bio, mais d’abord sur des produits locaux. Ensuite, selon les propositions, les acheteurs font leur sélection, bio ou pas. Les différents modes de production ne sont pas en concurrence sur un même territoire. Il arrive tout de même que certains marchés, comme ceux destinés aux cantines scolaires, se fassent uniquement sur des produits bio, toujours en tenant compte des disponibilités des départements. Certains ont des cultures maraîchères abondantes et structurées en bio comme la Drôme, d’autres proposent davantage de produits laitiers et carnés.

L’offre est calibrée en fonction des produits disponibles sur chaque département et en fonction de la saisonnalité. Les marchés peuvent se réaliser de gré à gré, avec des fréquences de livraisons et de volumes définis, par trimestre, avec plusieurs produits… avec un prix fixé au moment du contrat. Producteurs et acheteurs publics s’engagent sur la base de ce contrat et doivent le respecter sous peine de pénalités. Cela permet aux producteurs, y compris en bio, de diversifier leurs débouchés et d’asseoir une partie de leur trésorerie à l’avance.

Quelle est l’évolution à venir de l’association ?

N. P. - Les derniers adhérents sont la Haute-Marne, la Charente-Maritime et le Loir-et-Cher depuis peu. Généralement, ce sont les départements qui nous sollicitent, et aujourd’hui, plus d’une dizaine sont en cours de réflexion pour adhérer. Pour nous faire connaître et continuer de convaincre, nous organisons des animations à destination des responsables de commandes des établissements publics. Il faut continuer à les inciter à revoir leurs pratiques et leur montrer que travailler en local, c’est possible, aussi bien en termes de volumes qu’en termes sanitaires et qualitatifs. Il y a encore énormément de préjugés vis-à-vis des producteurs locaux, nous avons encore beaucoup à démontrer.

Chiffres clés

Association Agrilocal

Créée en 2013 à l’initiative des départements du Puy-de-Dôme et de la Drôme

14 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisés en 2018

2,1 millions d’euros de chiffre d’affaires en bio, soit 15 % du CA total, en hausse de 3 % par rapport à 2017

• Volume total commercialisé via la plateforme depuis 2013 : 3 500 tonnes de produits alimentaires locaux, dont 12 % de produits bio

• Nombre d’acheteurs publics utilisateurs en 2018 : 1993, soit +16 % par rapport à 2017

Les plus lus

Le sucre de betterave bio français connait des débuts prometteurs
Grandes Cultures
Que ce soit chez Tereos ou Cristal Union, le marché du sucre bio confirme son potentiel, avec des surfaces qui progressent…
Le lait bio face au Covid-19 : Quatre laiteries témoignent
Lait
Sodiaal, Lactalis, Agrial-Eurial et Danone témoignent des difficultés et des opportunités liées aux mesures de confinement pour…
Magasin BIO
La filière bio parie sur une dynamique renforcée par la crise du Covid-19
La consommation de produits bio a connu un fort dynamisme lors de la crise du Covid-19. Comment expliquer cette croissance ? Est-…
La Famille Zouari en négociations exclusives pour reprendre Bio c’ Bon
Les Marchés
La Famille Zouari, qui a déjà récemment repris Picard Surgelés, vient d’entrer en négociations exclusives pour prendre une…
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Volailles
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Abricot : un partenariat franco-suisse contre les monilioses en production bio
Fruits et légumes
Pour lutter contre les monilioses en culture biologique d’abricots, le projet ABBIO regroupe les compétences du GRAB, de l’Inrae…
Publicité