Aller au contenu principal

Avec Egalim 2 « la guerre des prix sera toujours présente, mais pas dans la cour de ferme »

Le député Gregory Besson-Moreau, à l’initiative de la loi, et Michel Biero, directeur exécutif achat et marketing de Lidl commentent le texte Egalim 2 adopté le 4 octobre en commission mixte paritaire.

Le lundi 4 octobre, la commission mixte paritaire se mettait d’accord sur le texte définitif du projet de loi Egalim 2, défendu dès le lendemain au Sommet de l’élevage par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture.

Réussir est allé à la rencontre de l’initiateur de la loi, le député Gregory Besson-Moreau, et du distributeur Michel Biero, directeur exécutif achat et marketing de Lidl, dans les allées du salon pour évoquer cette nouvelle loi. « On renverse le modèle. Les agriculteurs vont pouvoir à travers des indicateurs de coûts de production fixer un prix qui rémunère la production », commente Gregory Besson-Moreau. Le consommateur sera-t-il prêt à payer plus cher ? « Le consommateur veut être certain quand il paie un produit que l’argent aille directement dans la poche des agriculteurs et non des industriels », répond le député. Et d’ajouter : « on doit être certain que la valeur soit répartie un peu mieux. Avec ce texte, la guerre des prix sera toujours présente mais je souhaite qu’elle ne descende pas dans la cour de ferme ».

Un concept qui satisfait Michel Biero, directeur exécutif achat et marketing de Lidl. « Egalim 2 c’est une très bonne chose pour le monde agricole mais il faut avant tout des relations de confiance et transparence avec les industriels », déclare-t-il. Pour autant, « à partir de janvier 2022, le client de Lidl ne va pas forcément acheter sa viande plus cher », assure-t-il. « Mon prix de vente je le fixe sur un marché concurrentiel, explique-t-il, ce n’est pas une obligation d’augmenter le prix, je peux baisser ma marge ». Ceci dit quand on parle de quelques centimes, le consommateur est prêt à jouer le jeu, selon lui.

 

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité