Aller au contenu principal

GDS
Une partition jouée collectivement dans l’intérêt de chacun

Le Groupement de défense sanitaire du Cantal, présidé par Michel Combes qui assumé également la présidence nationale, avait invité mardi 29 mai à Condat, le directeur de GDS France. 

M. Combes, président départemental et national, était entouré de ses deux directeurs, MM. Baraillé et Cassagne. 
M. Combes, président départemental et national, était entouré de ses deux directeurs, MM. Baraillé et Cassagne. 
© RSA

Parodiant Kennedy, le directeur de GDS France lance : “Ne vous demandez pas ce que votre GDS peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le GDS. Vous êtes chacun des sentinelles.” Invité à Condat, à l’assemblée générale du Groupement de défense sanitaire du Cantal, Marc-Henri Cassagne répond ainsi à ceux qui, victimes de malchances répétées, se demandent bien ce que le GDS a pu faire pour eux... Car comme l’a expliqué l’intervenant, l’aventure est, plus que jamais, mutuelle et collective.  “Le danger, dans les années 50, il venait de son voisin, forcément moins bon éleveur que nous... Puis, il est venu des autres départements, moins bons que le nôtre ; puis les régions et aujourd’hui les pays, avec une mondialisation qui accentue les risques sanitaires. Et quand on imagine que la FCO vient d’Angleterre, on apprend qu’elle a été importée là-bas depuis la Chine ou que les soucis de nos voisins belges étaient eux-mêmes importés d’Afrique du Sud.”

Un modèle qui fait école

“Le modèle sanitaire français est envié et devrait faire école”, affirme Michel Combes, président du GDS 15 et président national des groupements, reconnus Organisme à vocation sanitaire (OVS). Le schéma des GDS qui séduit l’Europe pourrait en effet être reproduit dans d’autres pays membres. Il s’appuie sur un réseau constitué au plus près du terrain, grâce aux relais départementaux. “Si l’échelon régional sera le plus reconnu, celui des départements revêt une importance capitale. Nous nous sommes battus pour conserver cette proximité tandis qu’une régionalisation totale était proposée”, développe le président Combes.  Il souligne en revanche la baisse conséquente des aides départementales (qui frise les - 55 %), rappelant au conseiller général, Jean Mage, que ces sommes ne servent en aucun cas au fonctionnement de la structure, mais profitent directement aux éleveurs.  Le représentant de l’assemblée départementale s’empresse de rappeler les 2 millions d’euros d’enveloppe budgétaire alloués à l’agriculture, dans le cadre d’une compétence qui n’est pas obligatoire et un contexte de raréfaction de l’argent public : “La baisse des aides est la conséquence directe d’une baisse de nos dotations d’État.” Anne-Marie Richard, directrice départementale de la solidarité et de la cohésion sociale, salue la gestion “rigoureuse, coordonnée et collective” du GDS, renouant avec l’idée évoquée plus tôt.  Une politique qui porte ses fruits, puisque la représentante de l’État parle d’un “état sanitaire très satisfaisant dans le Cantal”.

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière