Aller au contenu principal

Une hausse certes, mais pas de quoi s’enflammer...

La satisfaction des JA reste mesurée quant aux revalorisations du prix du lait.

Jean-François Navarro, responsable du groupe lait des JA du Cantal.
Jean-François Navarro, responsable du groupe lait des JA du Cantal.
© R. S.-A.
“Déjà, on nous pointe du doigt, nous les producteurs de lait, accusés d’une hausse des produits à la consommation. Or, nous n’avons encore rien vu venir, puisque la première augmentation significative sur notre feuille de paie n’interviendra qu’autour du 20 novembre”, a souligné à la sortie d’une réunion du groupe lait des Jeunes agriculteurs (JA) son responsable, Jean-François Navarro.

Compenser les pertes

Comme la quinzaine d’autres responsables cantonaux, il précise que cette hausse de 58 euros par 1000 litres intervient dans un contexte où le le beurre et la poudre rapporte davantage aux entreprises que la fabrication fromagère, en raison d’une pénurie mondiale. Et d’ajouter que tous seront vigilants à ce que l’accord soit partout respecté. “Lorsque sonnera l’heure du bilan de l’année 2007, avec une moyenne sur les quatre trimestres, nous constaterons que la hausse du prix du lait aura tout juste compensé... des pertes. Comme la baisse des cours des veaux ou la flambée du coût des aliments du bétail”, explique Jean-François Navarro. D’où, selon lui, la légitimité d’une nouvelle augmentation annoncée pour le début d’année (de 80 euros par 1000 litres). Les JA relèvent aussi que ces revalorisations sont un moyen de conserver un minimum d’attractivité, n’oubliant pas que dans le Cantal, des centaines d’éleveurs ont cessé de traire ou font davantage de croisement pour produire moins de lait. “Le prix du lait est un élément déterminant si l’on veut continuer à installer”, affirme le responsable du groupe lait, inquiet de constater que c’est la première fois que le département installe si peu de jeunes dans cette production.  

L’AOC pour penser le long terme

En outre, Jean-François Navarro ne se fait pas trop d’illusion. La tendance risque de s’inverser. “Il ne faut pas s’enflammer. Mais profiter d’une ambiance positive pour construire ensemble des projets à long terme”, dit-il en faisant allusion à la reconstruction de filières AOC valorisantes. “Nous attendons les réponses des partenaires qui veulent s’engager dans l’AOC cantal”, poursuit-il. “Par le biais de la FDSEA et des JA, les producteurs ont déjà fait une proposition de mécanique de valorisation partagée entre la production et la transformation. Aux entreprises de réagir”.  

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière