Aller au contenu principal

Bovins
« Les éleveurs peuvent enfin redresser la tête »

Interview de Pierre Chevalier, président de la Fédération nationale bovine.

© François d'Alteroche

Après quatre années de crise, Pierre Chevalier se félicite de la reprise des cours. Mais l’embellie actuelle doit se poursuivre pour redonner des perspectives aux éleveurs, notamment à l’export.

En novembre dernier, les éleveurs bloquaient les abattoirs de Bigard. Quel bilan tirez-vous un an après ?
Pierre Chevalier : Le blocage de Bigard était d’abord l’expression d’une volonté, celle des éleveurs de ne pas continuer à subir le diktat économique imposé par un homme, à la tête d’un outil qui commande près de la moitié de l’abattage en France. Ensuite il s’agissait de donner une perspective à des éleveurs au bord de la rupture, en raison de l’explosion des coûts de production. Cette perspective, c’est le prix. Et tout notre combat, à la FNB, consiste à agir pour le faire progresser, partout où la filière le corsète. Le travail en cours, c’est donc celui d’une réelle représentativité des « cotations entrée-abattoir », indicateur-clé pour donner aux éleveurs le reflet réel du marché. C’est celui de l’équité de la pesée-classement des carcasses. Les avancées sont encore insuffisantes, handicapées par l’inertie, voire la complaisance des services de l’État, au détriment des éleveurs. L’action FNB, c’est enfin de dynamiser l’export afin d’élargir les débouchés. Je me félicite d’avoir donné cette priorité qui, dans un contexte de marché international porteur, apporte « un bol d’oxygène » aux éleveurs avec une hausse des cours en jeunes bovins, et dans une moindre mesure en femelles, et une tendance ferme en broutards.

Justement, sur l’export, selon le Sniv et Coop de France, il va ruiner la filière française. Quelle est votre réponse ?
PC : Notre réponse, c’est la stupéfaction ! Stupéfaction devant les contre-vérités : ainsi, le Groupement pour l’Export Français (GEF) créé en juin par l’interprofession, n’a pas vocation à remplacer les entreprises mais bien à appuyer les opérateurs pour prendre pied sur de nouveaux marchés. Autre exemple : cette filière export pays-tiers est présentée comme « aléatoire » alors que toutes les prospectives affichent une croissance de la demande mondiale et une réduction de l’offre sud-américaine. Stupéfaction d’autre part sur le fond : trouver de nouveaux débouchés et favoriser une dynamique plus conquérante de la filière, ce serait la mettre en péril ? Les autres filières de production (à commencer par les grandes cultures) sont pourtant à la recherche de tous les débouchés possibles, et assurent ainsi une progression de leur prix ! Les autres pays producteurs de viande jouent déjà cette stratégie de filière export ! Démonstration est faite que ceux qui invoquent régulièrement la « loi du marché » pour de soi-disant justifications de la baisse des cours, sont prêts à toutes les manipulations quand la tendance s’inverse. Nous appelons les producteurs à veiller à une juste rémunération à la vente de leurs animaux, et à interpeller les opérateurs économiques.

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 21 octobre 2011.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière