Aller au contenu principal

Comment attirer les jeunes vers les Cuma ?

Décrits comme plus individualistes, les jeunes agriculteurs seraient-ils moins séduits par l’aventure collective proposée par les Cuma ? Si les mentalités évoluent, la situation est plus nuancée qu’il n’y paraît. Le point avec Manon Bossa et Damien Gayet de la Fédération régionale des Cuma d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Manon Bossa, chargée de mission Stratégie et Agroéquipement à la FR Cuma Aura
Manon Bossa, chargée de mission Stratégie et Agroéquipement à la FR Cuma Aura
© FR Cuma Aura

Très engagé sur les projets de recherche et de développement, proposant de plus en plus des services en matière d’emploi partagé, de formation…le réseau des Cuma au niveau d’Auvergne-Rhône-Alpes l’est tout autant sur le renouvellement de ses adhérents. À l’heure où le nombre d’agriculteurs diminue et où l’individualisme gagne toutes les dimensions des sociétés modernes, le réflexe « Cuma » serait-il moins évident qu’autrefois ? L’agriculture n’échapperait donc pas à ce repli sur soi ? « La taille des exploitations et la fiscalité plus avantageuse ne favorisent pas le travail en collectif », analyse Manon Bossa, chargée de mission Stratégie et Agroéquipement à la FR Cuma Aura. Et pourtant, la flambée actuelle des charges interroge et devrait donner l’avantage au modèle Cuma qui peut apporter des réponses solides.
En 2020, nombreux sont encore les agriculteurs à y avoir recours en adhérant à l’une des 1 680 structures que compte la région. 41 millions d’euros de chiffres d’affaires ont été générés par les Cuma en 2020, qui ont investi 67 millions d’euros, soit en moyenne 67 000 euros par Cuma. Leur dynamisme est donc une réalité, confortée cette année par un accompagnement substantiel du plan de relance.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière