Aller au contenu principal

Vivadour : des résultats conformes et des ambitions de développement

Le gersois Vivadour a clôturé son exercice 2020-2021 avec un chiffre d’affaires en baisse de 6 %, mais le groupe coopératif envisage son avenir avec sérénité.

Nicolas Escamez, directeur stratégie et développement coopératif et Jean-Marc Gassiot-Bitalis, président de Vivadour
© Vivadour

En 2020-2021, l’épizootie aviaire, le Covid et les aléas climatiques ont impacté les activités de Vivadour. Le groupe coopératif gersois a réalisé un chiffre d’affaires de 444 millions d’euros, en baisse de 6 % par rapport à l’année précédente.

Toutefois, Jean-Marc Gassiot-Bitalis, président du groupe, a réaffirmé la stratégie de développement basée sur la diversification des productions. « Nos résultats sont conformes aux prévisions et nous envisageons le nouvel exercice avec dynamisme et des ambitions de développement », soulignait-il à l’assemblée générale du 7 décembre.

« Une capacité d’autofinancement satisfaisante et plus de 8 millions d’euros d’EBE, stable depuis dix ans, nous permettent de voir l’avenir avec sérénité », expliquait Nicolas Escamez, directeur de la stratégie et du développement coopératif.

Trois quarts des éleveurs-gaveurs touchés par H5N8

Les productions animales ont réalisé 146 millions d’euros de chiffres d’affaires, soit 33 % du chiffre d’affaires du groupe. Les volumes ont baissé en volailles et palmipèdes à cause de l’influenza aviaire. Trente pourcent des bâtiments volailles ont été touchés tandis que 75 % des producteurs de palmipèdes étaient aussi concernés, pour une baisse de 30 % des volumes.

En volailles, le poulet label rouge du Gers de la coopérative continue à bénéficier d’une bonne notoriété tandis que le Poulet d’Ici en conventionnel est commercialisé à 70 % en restauration hors domicile et grandes surfaces.

Des projets de développement

En volailles Vivadour prévoit 19 nouveaux bâtiments Label Rouge et standard,. En palmipèdes, les volumes resteront stables mais la coopérative travaille au renouvellement de ses éleveurs.

Parmi les plus importants producteurs de soja du Sud-Ouest (15 000 tonnes en conventionnel et 6 000 tonnes en bio), Vivadour consolide son agro-chaîne soja non OGM pour la nutrition animale. Le groupe a investi environ 3 millions d’euros dans l’usine de trituration Graines d’Alliance aux côtés de Sud-Ouest Aliment. Un moyen de garantir une alimentation 100 % locale, notamment à ses volailles Label Rouge.

Enfin, la filière œufs bio continue sa croissance, conformément aux objectifs de Cocorette fixés à 50 millions d’œufs.

 

Les chiffres des trois filières volailles

  • 8 500 000 volailles

  • 1 100 000 canards gras

  • 25 000 0000 œufs bio

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
À Montmeyran, Guillaume Delay a signé une promesse de bail sur 20 ans pour désamianter et solariser les toitures de ses deux bâtiments (1972 et 1988) dans lesquels il élevait des dindes. « L’aide de la région a fait la différence, l’opération ne doit rien me coûter ».
Bâtiments agricoles : Dans la Drôme, le photovoltaïque financera le désamiantage
L’installation de toitures photovoltaïques dans la communauté Valence Romans Agglo va permettre de financer le désamiantage d’…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Le projet Européen aWISH (« Animal Welfare Indicator at SlaughterHouse » ) va développer des outils de surveillance du bien-être animal en temps réel, tout au long de la chaîne de production jusqu'à l’abattoir.
Recherche et Développement : trois nouveaux projets de l’Itavi
À travers trois nouveaux projets de recherche et développement nationaux et européens, l’Itavi travaille à concilier l’économie…
Nutrition des volailles : le phosphore, une matière première critique
Bien que les phytases soient utilisées depuis trente ans en volailles, il reste encore à faire pour mieux rendre disponible le…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)