Aller au contenu principal

Un plan de relance agricole vert et local

Le volet transition agricole du plan de relance, annoncé le 3 septembre et doté d’un milliard d’euros spécifiques à l’agriculture et l’agroalimentaire, fait la part belle aux attentes sociétales.

Le bien-etre animal s'invite en force, avec une enveloppe spécifique aux abattoirs, mais aussi avec un pacte biosécurité-bien-être destiné aux éleveurs. © P. Le Douarin
Le bien-etre animal s'invite en force, avec une enveloppe spécifique aux abattoirs, mais aussi avec un pacte biosécurité-bien-être destiné aux éleveurs.
© P. Le Douarin

Avec un budget de 100 milliards d’euros, dont 40 % provenant d’aides européennes, le plan France relance annoncé le 3 septembre a vocation à redynamiser dans les deux ans l’activité des entreprises affectées par la crise de la Covid-19. Sur ces 100 milliards, un milliard est spécifiquement réservé à l’agriculture et à l’agroalimentaire, le secteur forestier récupérant 200 millions d’euros (M€) au titre de la lutte contre le réchauffement climatique. Ces fonds s’ajoutent aux budgets déjà programmés de la PAC et de l’État qui s’élèvent à 9 milliards. « C’est du plus plus », a indiqué le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, lors de sa présentation, en tirant les enseignements de l’urgence climatique et de la pandémie de Sars-CoV-2. Trois axes sont privilégiés : reconquérir la souveraineté alimentaire, accélérer la transition agroécologique et adapter l’agriculteur au changement climatique. Mais ce n’est pas vraiment une nouveauté.

250 millions d’euros pour les filières animales

Pour renforcer la souveraineté alimentaire, l’exécutif prévoit 360 M€, dont 100 M€ pour un plan d’indépendance protéique végétale et 250 M€ pour les filières animales. Cette enveloppe se décompose en 130 M€ pour la modernisation des abattoirs et 100 M€ pour la biosécurité des élevages et le bien-être animal. Le ministre répond aux « attentes » sociétales dont les ONG se font l’écho, comme la déforestation de l’Amazonie pour produire du soja ou des campagnes antiélevages intensifs supposés nuire au bien-être animal. En réponse, l’interprofession avicole de chair (Anvol) a présenté le détail de ses propositions le 7 octobre (après la rédaction de cet article). Selon sa directrice Anne Richard, avec son Pacte 2025 présenté en début d’année, l’aviculture coche de nombreuses cases du plan de relance : sur l’adaptation des bâtiments aux attentes sociétales (rénover 10 % du parc par an), sur le renforcement de la biosécurité, sur la modernisation des abattoirs. L’Anvol a chiffré ses besoins à 600 M€ par an sur plusieurs années. « Cette fois-ci, nous espérons avoir des réponses concrètes, car jusqu’à présent l’aviculture fait partie des grands oubliés de la crise sanitaire, aussi bien au niveau français qu’européen. » Le secteur avicole devrait aussi bénéficier des retombées du plan protéine et des mesures transversales sur la cohésion (sociale et territoriale, emploi, formation) ainsi que sur la rénovation énergétique et les énergies renouvelables.

Faire monter en puissance les circuits courts

Le deuxième axe jugé prioritaire est la transition agroécologique, avec plus de 500 M€ fléchés. Un premier volet concerne les moyens de productions (346 M€). La recherche d’alternative aux pesticides mobilise 135 M€ de primes à la conversion pour l’agroéquipement. Elle est complétée par deux crédits d’impôts, l’un maintenu en bio l’autre créé pour les exploitations certifiées HVE (Haute valeur environnementale), le renforcement de la structuration des filières bio, la plantation de haies. Le second volet de 200 M€ vise le développement d’une alimentation locale. Inspiré par le comportement des Français lors du confinement, Julien Denormandie en a fait une de ses priorités. Il veut stimuler l’offre par des aides à la demande, prenant sous plusieurs formes : le soutien aux cantines scolaires, les projets alimentaires territoriaux impliquant les collectivités et des agriculteurs, les opérations « 1 000 restaurants durables » dans les communes rurales, ainsi que « Jardins partagés » et « Paniers fraîcheurs » pour les ménages les plus modestes. Enfin, 100 M€ sont dégagés dans des investissements contre la sécheresse, le gel et la grêle. Si le plan agricole a été si bien accueilli par la profession, c’est qu’il met l’accent sur la souveraineté alimentaire en l’assortissant de fonds supplémentaires. C’est ce qui avait manqué pour accompagner les contrats de filière élaborés à la suite des États généraux de l’alimentation de 2017.

Les enveloppes agricoles

Indépendance protéique : 100 M€

Abattoirs, bien-être animal, biosécurité, plein air : 250 M€

Agroéquipements : 250 M€

Transformation (HVE, bio, circuits courts) : 400 M€

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)