Aller au contenu principal

Les larves d’insectes activent les poulets

Selon l'Itavi, distribuer quotidiennement des larves de mouches soldats noires permettrait d’augmenter l’activité des poulets de chair sans dégrader les performances de croissance.

L’apport de larves vivantes ou séchées augmente de plus de 40 % le nombre d’animaux en activité par rapport à ceux n’ayant reçu aucun enrichissement,  uniquement au moment de leur distribution.
L’apport de larves vivantes ou séchées augmente de plus de 40 % le nombre d’animaux en activité par rapport à ceux n’ayant reçu aucun enrichissement, uniquement au moment de leur distribution.
© Itavi

L’évolution récente de la réglementation permet d’envisager les insectes comme une source prometteuse de matière première alimentaire. Riches en protéines de haute qualité et d’acides aminés essentiels, les insectes sont des candidats idéaux à la substitution de soja importé. En revanche, ils sont encore pour l’instant très coûteux. Cependant, des propriétés intéressantes peuvent être exploitées, notamment au regard du bien-être animal.

De tout temps, les insectes ont fait partie du régime alimentaire des oiseaux, fouillant et grattant le sol à la recherche de ces mets attractifs. L’utilisation de larves d’insectes - vivantes ou pas - comme enrichissement du milieu de vie pourrait permettre de stimuler les comportements naturels.

Un effet important sur l’activité mais ponctuel

Afin d’identifier des modalités réalistes d’utilisation de ces larves comme matériel d’enrichissement du milieu d’élevage, l’Itavi a mis en place un essai dans la cadre du projet PINHS porté par l’Inrae. Il visait à étudier l’effet de la distribution de larves de mouches soldats noires (vivantes ou déshydratées) en complément d’un aliment complet, sur le comportement, l’activité, l’état sanitaire et les performances de poulets de chair Ross 308.

L’apport de larves vivantes ou séchées augmente de plus de 40 % le nombre d’animaux en activité par rapport à ceux n’ayant reçu aucun enrichissement, mais uniquement au moment de leur distribution. Cet effet est d’autant plus important que la fréquence de distribution est élevée.

Le mode de présentation des larves (vivantes ou séchées) n’influence pas l’activité.

 

 
Une plus grande appétence pour les larves vivantes a été observée avec un temps de quelques minutes contre plus d'une vingtaine avec les larves séchées. © Itavi

 

En revanche, une plus grande appétence pour les larves vivantes a été observée, avec une consommation totale des larves de l’ordre de quelques minutes, par rapport aux larves séchées (plus d’une vingtaine de minutes) ou encore au blé, où des refus ont été constatés.

Un indice de consommation amélioré

 

 
La consommation d’aliment sur la période croissance-finition a été diminuée d’environ 200 g par poulet lorsque des larves séchées étaient distribuées © Itavi

 

L’apport de larves n’a pas eu d’effets négatifs sur les performances des poulets et sur leur état sanitaire (pododermatites, emplumement, troubles locomoteurs). La consommation d’aliment sur la période croissance-finition a été diminuée d’environ 200 g par poulet lorsque des larves séchées étaient distribuées, améliorant de plus de 0,13 point l’efficacité alimentaire des poulets nourris de larves, calculée hors consommation des insectes.

D’autres études sont encore nécessaires, notamment pour investiguer l’effet des larves sur les comportements spécifiques (exploration, confort) et l’impact coût/bénéfice.

Ce type d’enrichissement reste pour l’instant peu abordable. Il augmente le coût alimentaire respectivement de 17 % pour les larves vivantes et de 35 % pour les séchées, mais il pourra l’être d’ici quelques années avec l’optimisation du coût de production des insectes.

Le bien-être passe par l’enrichissement

– La plupart du temps inactifs, les poulets de chair à croissance rapide sont susceptibles de souffrir de problèmes de pattes ;

- L’enrichissement du milieu peut les atténuer en encourageant l’expression de comportements naturels et en stimulant l’activité des animaux ;

– Plusieurs études ont déjà montré l’intérêt des ballots de paille pour augmenter les comportements exploratoires (fouille, forage, perchage) ;

– Des enrichissements attractifs et naturels, tels que les larves d’insectes semblent prometteurs, mais peu d’éléments techniques sont disponibles et publiés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Les volailles libérées dans 77 départements
L’arrêté paru ce matin autorise à nouveau la sortie des volailles ayant habituellement accès à un parcours.
Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ?
Nous mettons régulièrement à jour une carte interactive pour aider les lecteurs de la Revue Réussir Volailles - abonnés et…
Grippe aviaire : quand les volailles vont-elles sortir dans les parcours ??
Le ministère de l’agriculture planche sur un abaissement du risque influenza, permettant la fin progressive territorialisée de la…
Grippe aviaire : l’âge de sortie des Gallinacés raccourci à huit semaines
Dans les zones indemnes de foyers d’influenza aviaire, l’âge d’accès au parcours peut être avancé de deux semaines selon l’…
Grippe aviaire : Les palmipèdes autorisés à sortir à leur tour
Après les volailles la semaine dernière, les palmipèdes ont à nouveau partiellement accès au plein air.
Le rat brun est l'espèce la plus impactante
Comment réguler efficacement les rongeurs en élevage
Contrôler les populations de rongeurs indésirables en élevage ne s’improvise pas comme en témoigne Philippe Le Tirant, technicien…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)