Aller au contenu principal
Font Size

LDC en pole position européenne

Avec ses acquisitions, le groupe LDC accroît ses performances et se positionne en leader européen, mais il stagne dans les GMS en France.

© P. Le Douarin

Leader national avec 40 % du marché des volailles, le groupe LDC le devient aussi au niveau européen à mesure qu’il prend des positions à l’est de l’Europe. Sur l’exercice 2018-2019, il est devenu numéro un européen du canard en rachetant le hongrois Tranzit et trois PME vendéennes (Favreau, Couthuis et Péridy), tous axés sur l’exportation notamment en Allemagne. D’autres projets d’acquisitions sont en cours d’ici la fin de l’année a indiqué Denis Lambert le 22 mai lors de la présentation des comptes aux investisseurs et à la presse. L’exercice 2018-2019 est encore une année de records avec +7,7 % de chiffre d’affaires (CA) à 4,12 milliards d’euros, + 5,7 % de résultat net à 149 M€, et +6,9 % de tonnage à 989 000 tonnes.

Le marché des GMS à la peine

Sur le pôle Volaille France hors amont, le CA atteint 2,9 milliards (+ 6 %) et le volume 709 000 t (+ 6 %). Ces résultats sont portés par les acquisitions (à périmètre identique : +1,4 % en tonnage et +2,7 % en valeur), et par les relais de croissance sur la RHD (+2,8 % de CA), l’industrie (+15 % de CA) et l’export (+19 % de CA). Entamée depuis cinq ans, la reconquête des importations est en bonne voie. Le rythme de plus 25 000 à 30 000 t par an sera maintenu avec le nouvel abattoir de Châteaulin dans le Finistère, opérationnel en 2021-2022. Seul le marché de la GMS, qui pèse encore 53 % des volumes, est à la peine comparativement aux autres débouchés. Des revalorisations tarifaires ont été obtenues, mais les volumes stagnent (+0,6 %), d’où un CA à +2,1 %. Néanmoins, LDC s’en tire mieux que ses concurrents. Avec +3,5 % en volume, ce sont les découpes et élaborés qui sauvent la mise alors que le poulet entier et le label reculent de 4,3 % (plus que le marché). Dans un marché plus compliqué en GMS, LDC lance de nouveaux produits et propose une offre « multicanal » aux rayons rôtisserie, surgelé, boucherie et charcuterie traditionnelle, libre-service et même drive. Au final, à 134 M€ le résultat opérationnel courant de la Volaille France (Roc) baisse de 7,2 %. Avec l’acquisition de Ramon (70 M€ de CA et 3 M€ de Roc) et la bonne tenue des autres débouchés, le Roc Volailles France de l’actuel exercice devrait être stable et celui du groupe progresser de 5 % pour atteindre les 200 M€, tout en investissant autant dans les outils.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
Les filières viandes « grandes oubliées » des aides
Le secteur des viandes a pour l’instant le sentiment de faire partie des « grands oubliés » des mesures d’accompagnement…
L'essai comparatif de trois stratégies de protection de poulets certifiés vis-à-vis des coccidies E.acervulina et E. tenella, 24 groupes de 40 animaux élevés jusqu'à 48 jours en station expérimentale. © Itavi
L’Itavi a expérimenté trois solutions de prévention de la coccidiose du poulet
Un essai mené en station expérimentale par l’Itavi sur des poulets certifiés montre qu’un programme d’additifs anticoccidiens est…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)