Aller au contenu principal

L’aliment 100 % bio n’a pas d’impact sur les performances des pondeuses mais sur le coût de l’aliment

L’Itavi a réalisé un essai d’aliment 100 % bio sur un lot de poules pondeuses au sein du pôle d’expérimentation avicole de Tours (Inrae).

Le bien-être des poules pondeuses a été évalué lors de l’essai d’aliment 100% bio. © Itavi
Le bien-être des poules pondeuses a été évalué lors de l’essai d’aliment 100% bio.
© Itavi

Les impacts d’une alimentation 100 % AB (Agriculture biologique) comparée à une alimentation 95 % AB de même valeur nutritionnelle, ont été évalués en utilisant des matières premières couramment disponibles, sur des poules pondeuses de 20 à 41 semaines d’âge.

L’aliment 100 % AB, formulé pour répondre au mieux aux besoins des poules pondeuses, a permis le maintien des performances zootechniques et de la qualité des œufs. Avec l’aliment 100 % AB, l’état d’emplumement était moins bon qu’avec l’autre. Ceci n’a pas eu d’effet sur le bien-être des poules. Toutefois, un moins bon emplumement pourrait conduire à un préjudice important en cas de picage. Les aliments étant formulés avec des apports iso en protéines, il n’y a pas d’effet majeur sur les rejets. Les taux de méthionine ont été atteints avec l’ajout d’un additif naturel et bio, alternatif à la bétaïne. L’aliment 100 % AB a conduit à un surcoût alimentaire de 6 % par kilo d’œufs produit en prenant en compte les quantités d’aliments consommées et la production d’œufs.

Si la fin de la dérogation ne pose pas nécessairement de question technique, il reste des questions économiques majeures : la disponibilité des matières premières biologiques sera-t-elle suffisante ? Comment le surcoût engendré sera-t-il répercuté ? Toute stratégie visant à réduire le surcoût d’une alimentation 100 % AB sans impact sur les performances doit être explorée telle que l’implantation de plantes riches en protéines.

 

Lire aussi : Cizeron Bio propose un aliment pondeuse 100 % bio avec des matières premières locales

 

Le saviez-vous ?

Dès janvier 2021, l’alimentation des volailles devra contenir 100 % de matières premières végétales issues de l’Agriculture biologique. Jusqu’à maintenant, l’ajout de 5 % de matières premières d’origine conventionnelle était permis pour faciliter le bon équilibre des rations alimentaires. Le passage à 100 % pose des questions d’ordres zootechnique (maintien des performances), de bien-être animal (picage), de disponibilités de matières premières riches en protéines, économique (surcoût) et environnemental (augmentation de rejets azotés).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Epandeur de papier et d'aliment "fait maison" chez Florent Duffros dans les Côtes d'Armor. © Chambres d'Agriculture de ...
Des astuces d’éleveurs pour faciliter le travail en volaille de chair
La chambre d’agriculture de Bretagne a recueilli, dans un guide, les équipements et les aménagements mis au point par des…
Il faut une bonne habitude pour piloter ce robot télécommandé qui exige plus de doigté que de force © Rabaud
Le robot de lavage Lavicole tient ses promesses
À la coopérative Éveil, la qualité et la régularité du lavage s’ajoutent à l’amélioration des conditions de travail des laveurs-…
Les onze trophées avicoles des Innov’Space
Malgré l’annulation de l’édition 2020 du Space, les jurys Innov’space ont désigné 26 lauréats parmi les exposants virtuels, dont…
La coopérative Le Gouessant veut un parc poulette certifié bio avec un parcours, en utilisant le moins possible le système dérogatoire. © P. Le Douarin
Les poulettes bio du Gouessant sortiront toutes bientôt
La coopérative Le Gouessant n’a pas attendu la publication des dernières règles techniques du règlement sur l’élevage des…
Poulettes bio de 16 semaines élevées selon les règles du futur règlement européen. © P. Le Douarin
Les enjeux de l’œuf bio

Avec des mises en place de pondeuses en croissance de 60 % de début 2017 à fin 2019, le marché de l’œuf…

Vincent Troel a redécouvert son métier d'éleveur de poulettes. « Se mettre en conformité avec les nouvelles règles bio ne doit pas effrayer. » © P. Le Douarin
Vincent Troel plébiscite le plein air pour ses poulettes bio
Éleveur-test de la coopérative du Gouessant depuis l’an dernier, Vincent Troel a redécouvert un métier technique en ajoutant un…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)