Aller au contenu principal

"Avec l'alimentation séquentielle, je valorise mon blé entier", explique André Robin, producteurs d'oeufs plein air

L’éleveur céréalier s’est équipé de cellules pour stocker son blé entier, qu’il distribue à ses 15 000 poules plein air en alternance avec un aliment complémentaire.

À l’EARL du Mont de Paars, dans l’Aisne, la construction d’une volière plein air de 40 000 poules plein air s’achève. Sans aucune hésitation, elle sera alimentée en séquentiel, tout comme le poulailler plein air sur caillebotis construit en 2012 qui utilise cette technique de distribution depuis 2017. Installé à Celles-sur-Aisne, André Robin est aussi céréalier (135 hectares de cultures). Ses motivations à passer à l’alimentation séquentielle avec l’accompagnement technique de Novial étaient double. « En plus de valoriser mon blé et d’agir sur le bilan de carbone, c’est un bon challenge technique. Elle exige d’être plus pointu avec davantage de surveillance mais en ayant de réels bénéfices sur le comportement alimentaire des poules. » L’alimentation séquentielle démarre à 28 semaines, lorsque les poules ont atteint 1,8 kg et que la consommation est stabilisée autour de 135 g/poule/jour. La ration quotidienne est composée à 40 % de blé entier distribué le matin, et à 60 % d’un aliment complémentaire distribué l’après-midi. Fabriqué par Novial, il est spécialement formulé par Wisium en fonction des caractéristiques du blé (taux de protéine de 13,5 %). « Il n’y a plus de problèmes de tri de l’aliment, résume l’éleveur. Le lot est plus homogène. Les poules consomment plus facilement l’aliment protéique de l’après-midi grâce aux deux vides de chaîne. »

Un moindre impact des canicules

L’éleveur a constaté sur deux étés successifs que cette technique aidait les poules à mieux passer les coups de chaleur. En juin puis en juillet 2019, les températures dans le poulailler sont montées au-delà de 40 °C. « La baisse du taux de ponte a été limitée tandis que le poids d’œuf et la consommation n’ont pas chuté. » Le lot a terminé avec une production de 350 œufs par poule départ à 75 semaines (soit 16 de plus que le standard) et un taux de déclassé à l’élevage de 2,6 %.

Pour passer à l’alimentation séquentielle, l’éleveur a équipé son premier poulailler d’une seconde vis de distribution. Il dispose de deux silos, l’un pour le blé, l’autre pour le complémentaire. L’aliment transite par une bascule située au-dessus de la trémie (distribution quantitative). C’est le boîtier Avitouch qui gère les deux horloges de distribution des repas. En cours de rénovation, le poulailler sera bientôt équipé de pesons sous les silos ainsi que de pesons automatiques pour les poules, pour gagner encore plus en précision et en technicité. Le blé, récolté bien sec (taux d’humidité inférieur à 15 %), est stocké dans deux cellules à ventilation automatique de 700 et 250 tonnes (pour les besoins des deux bâtiments). Le blé est transféré vers le silo une fois par quinzaine à l’aide d’une remorque d’aliment achetée d’occasion.

 

Lire aussi : Novial et Wisium développent l'alimentation séquentielle en poules pondeuses

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’abattoir de volailles SNV lance la marque « Fermier de Normandie »
Le transformateur de volailles SNV, les Fermiers du Bocage et le Syvor lancent la marque Fermier de Normandie en grande…
Les huiles essentielles sont bénéfiques aux poussins stressés
Une étude de l’Inrae montre que des poussins ayant subi un stress à l’éclosion sont durablement affectés, mais que des huiles…
Valérie du Retail est séduite par l’autonomie due aux stocks d’aliment et d’eau et les automatismes qui lui permettent de ne pas être dépendante des horaires des poules. Elle préfère se consacrer aux volailles quand bon lui semble pour les observer, leur parler et les soigner. © L. Gouverne
Un petit poulailler mobile pour des poules Bios
À Die dans la Drôme, Valérie du Retail a choisi un poulailler mobile pour son projet agrotouristique écologique. Elle élève 225…
Benoît Drouin, éleveur à Rouez en Champagne et président de la commission bio au sein du Synalaf: « En volaille plein air, l’accès au parcours vaut le meilleur des enrichissements. Les dispositifs de perchage dans les bâtiments n’apportent qu’un plus. » © A. Puybasset
Les poulets de Loué ont aussi leurs perchoirs
Pour se conformer au référentiel de l’étiquetage sur le bien-être animal, les Fermiers de Loué ont équipé leurs poulaillers de…
Le parcours de 1,2 ha a été aménagé entre 1990 et 2012, essentiellement avec des arbres destinés à créer de l’ombrage. © Itavi
Mieux valoriser son parcours de volailles avec la méthode Bouquet
La méthode Bouquet permet à Bruno Durif, éleveur de volailles label rouge dans l’Ain, d’engager une démarche de progrès ciblée…
Marchés de la volaille : des perspectives sombres pour 2021
Nan-Dirk Muller, expert des marchés des viandes de volaille chez Rabobank, prévoit une année 2021 difficile pour l’industrie…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)