Aller au contenu principal

Vins rosés sucrés, comment bien les conserver ?

Dans le cadre du projet sur la conservation et la qualité des vins destinés au VCI, l'IFV a testé plusieurs itinéraires pour optimiser le stockage des rosés sucrés.

Afin de stabiliser les rosés sucrés, Philippe Chrétien, ingénieur œnologue à l'IFV, préconise une filtration tangentielle au mutage.
Afin de stabiliser les rosés sucrés, Philippe Chrétien, ingénieur œnologue à l'IFV, préconise une filtration tangentielle au mutage.
© Anaka

La conservation des vins rosés sucrés se heurte à deux problématiques : la stabilisation microbiologique, le sucre étant propice au développement levurien et bactérien, et la stabilisation oxydative. « A priori, nous avons moins de problèmes de réduction que sur des vins secs », note Philippe Chrétien, ingénieur œnologue à l’IFV Pôle Centre Val de Loire.

Une filtration tangentielle au mutage

Pour limiter les problèmes microbiologiques, il recommande une filtration tangentielle au mutage. « Si cela ne peut pas être réalisé, il est également possible d’effectuer plusieurs passages sur filtre à cartouches par exemple, afin de descendre sous 0,2 micron », suggère-t-il. Une fois cette stabilisation opérée, il préconise de n’ajouter aucun intrant.

« Nous avons testé l’ajout d’écorces de levures, tant sur rosé d’Anjou, que sur cabernet d’Anjou, rapporte-t-il. Et la fermentation a repris rapidement. Il est risqué d’introduire quelque chose dans une cuve désinfectée, dans laquelle on a stocké un vin pauvre en germes. »

Attention aux fluctuations de température

Pour ce qui est de la gestion de l’oxygène, les chercheurs ont passé au crible trois principaux paramètres : l’inertage, les doses de SO2 et la température. Au final, le paramètre qui joue le plus sur l’évolution du vin est la température. « La modalité avec température fluctuante (10 °C l’hiver, 15 °C au printemps et à l’automne et 25 °C l’été) est celle qui a donné les moins bons résultats à la dégustation », dévoile Philippe Chrétien.

La modalité à 4 °C a très peu évolué. « On peut garder les rosés sucrés en bouteille à 4 °C durant des années, met en avant l’ingénieur. Même au niveau des couleurs, cela bouge très peu. » La conservation à 12 °C reste possible. « Après quinze mois de conservation, il n’y a pas d’écart significatif entre les différentes modalités », assure Philippe Chrétien. Reste que pour limiter les fluctuations de température, une très bonne isolation est nécessaire, ou une régulation de la température, ce qui implique des dépenses énergétiques.

Sur le millésime 2022, de nouvelles modalités sont testées, avec l’ajout de PVPP et la fluctuation du pH. Rendez-vous dans dix-huit mois pour en connaître les résultats.

Les plus lus

Cristel Grégoire, viticulteur coopérateur à Bessan, dans l'Hérault, a mis au point un programme pour réduire l'utilisation des phytos.
« J’économise 50 % de phytos dans mes vignes grâce à un programme couplé au bicarbonate de potassium »
Dans l’Hérault, Cristel Grégoire a mis au point sa propre bouillie à base de bicarbonate et développé un programme qu’il nomme «…
Thibaut Déplanche, directeur général du laboratoire Celesta-lab, dans l’Hérault, explique qu'il faut un sol en bon état pour réussir et rentabiliser un couvert ...
« Il est primordial de rentabiliser le semis des couverts dans ses vignes »

Semer un couvert végétal peut être bénéfique, à condition de le réussir. Les conseils de Thibaut Déplanche, directeur de…

Coup de frein sur les ventes de vignes en 2023

Dans un contexte global de crise, le marché des terres viticoles a vu son nombre de transactions baisser en 2023, tandis que…

parcelle de vigne arrachée
Arrachage de vignes : quelles modalités de répartition des 150 millions d’euros d’aides ?

Face à la crise viticole, le ministère sonde actuellement les viticulteurs pour affiner les modalités du plan de réduction du…

Si la position des trois leaders de la machine à vendanger n'a pas changé, les parts de marché ont fortement évolué.
Immatriculations 2023 des machines à vendanger - Le marché se resserre

En chute, le marché des machines à vendanger est marqué par une progression des deuxième et troisième. 

Le nouveau sécateur C3X intègre une batterie 10,8 V au bout de la poignée.
Pellenc lance une offre de sécateurs à batterie embarquée

Pellenc double le nombre de sécateurs électriques à son catalogue, avec un sécateur professionnel sans cordon... et un second…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole