Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Un rosé rhodanien aromatique et rond

Jean-François Fauque, du domaine St Pierre à Violès dans le Vaucluse, élabore un rosé AOC régulièrement remarqué par le guide Hachette. Intensité aromatique, rondeur et longueur en bouche sont au rendez-vous.

1 Une maturité finement choisie

Au domaine St Pierre, dans le Vaucluse, les vignes qui servent à confectionner le rosé sont sélectionnées non pas en fonction du parcellaire, mais de la maturité. « Je souhaite être à maturité aromatique et proche de la maturité alcoolique (12,5 à 13 % alc.), indique Jean-François Fauque, le vigneron. Le but est de conserver de l’acidité et de la fraîcheur, avec un pH bas (3,2 ou 3,3). » En 2014, les vendanges, mécaniques, ont débuté vers le 10 septembre, soit environ une semaine avant les rouges. Jean-François Fauque récolte le matin tôt, vers 5 ou 6 heures, pour garder la couleur tout en évitant l’oxydation.

2 Un inertage en continu

Dès l’arrivée au conquet de réception, le viticulteur inerte au carboflash ; et ce jusqu’à la cuve de réception des jus. « J’essaie de protéger un maximum de l’oxydation, explique-t-il, afin d’avoir du fruit et de stabiliser la matière colorante. » Il égrappe la vendange, puis part en pressurage, à 15-20 °C. Le pressoir pneumatique, lui aussi inerté, dispose d’un programme pour les rosés. Le cycle dure 1 h 30 pour 50 hl, dont 20 minutes d’égouttage. La pression maximale exercée est de 1,2 kg et quelques rebêches sont effectuées. Jean-François Fauque reste très vigilant malgré l’automatisation : si le jus fonce trop, il stoppe l’opération. « Je ne veux pas extraire trop de bois, le plus intéressant se situe au départ », témoigne-t-il. Jus de goutte et de presse sont assemblés, puis envoyés dans une cuve en inox thermorégulée.

3 Sulfiter lorsque le jus est clair

S’en suit un débourbage de 24 heures, toujours sous carboflash. À l’issue, le vigneron ensemence avec une levure spéciale rosé, à raison de 20 g/hl. La fermentation se déroule à environ 16 °C, et dure donc une vingtaine de jours. L’exploitant soutire alors son vin, ôte les lies, et sulfite à 3 g/hl, sur un vin le plus clair possible. « S’il ne l’est pas assez, je le laisse se redéposer avant de sulfiter, insiste-t-il. J’essaie vraiment d’éviter que le SO2 combine trop, pour limiter ma dose de total. » Le vin est ensuite conservé en cuve. Toutes les deux ou trois semaines, le vigneron et l’œnologue conseil le dégustent. À la moindre apparition de réduction, Jean-François Fauque le soutire. Fin novembre, début décembre, il le filtre sur tangentiel, pour un meilleur respect du fruité. La mise se déroule en mars, avec un bouchage au liège.

« On cherche à élaborer des rosés plutôt sur les fruits rouges, de type framboise, avec une bonne fraîcheur en bouche »

Jean-François Fauque, du Domaine St Pierre, à Violès dans le Vaucluse

voir plus clair

Domaine St Pierre rosé 2014

AOC côtes-du-rhône

CÉPAGE 50 % grenache, 25 % syrah, 15 % cinsault et 10 % carignan

TYPE DE SOL alluvionnaire avec sous-sol caillouteux

DENSITÉ 4 000 pieds/ha

RENDEMENT environ 50 hl/ha

VOLUME DE LA CUVÉE 50 hl

VENDANGES mécaniques

PRESSURAGE pneumatique

DÉBOURBAGE durant 24 heures

LEVURAGE à 20 g/hl

COLLAGE à la bentonite à 30 g/hl

FILTRATION tangentielle

SO2 TOTAL 70 à 80 mg/l

CIRCUITS DE COMMERCIALISATION particuliers et commerces de proximité

PRIX DÉPART CAVEAU 6 euros TTC

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[Coronavirus] Quelles sont les mesures de confinement à respecter dans le monde viticole ?
Le Président de la République a appelé tous les Français à rester confinés chez eux pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Pour…
[Coronavirus] Dois-je fermer mon caveau de dégustation ?
(Mis à jour le 17 mars) La posture a adopter sur le caveau de vente est floue. L'administration estime qu'il peut être ouvert,…
Pour Hubert Gerber, viticulteur en Alsace, les avantages de la viticulture de conservation des sols sont nombreux. © X. Delbecque
Retour sur 10 ans de non-labour
Dans le Bas-Rhin, Hubert Gerber conduit ses vignes en semis direct et en non-labour. C’est pour lui moins de travail et la…
[Covid-19] Le Gouvernement dévoile 4 mesures pour soutenir les entreprises exportatrices
Pour faire face au ralentissement de l’économie lié à la pandémie de coronavirus, le gouvernement a mis en place un plan d’…
gestion d'une exploitation
[ Covid-19 ] Quelles mesures de soutien activer pour son entreprise viti-vinicole ?
Le gouvernement a mis en place des mesures d’urgence, dont certaines vont s’appliquer pendant plusieurs mois. Le point sur ces…
[Covid-19] Un vigneron élabore du gel hydroalcoolique à partir de ses eaux-de-vie
Face à la pénurie de gel hydroalcoolique utilisé pour limiter l'expansion du coronavirus, Mark Karazs, propriétaire du domaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole