Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un diagnostic global dès les premières difficultés de trésorerie

NICOLAS TISON, vigneron et expert foncier et agricole du groupe Experts-Emergens
© N. Tison

Dès que la trésorerie d’une exploitation devient tendue, même ponctuellement, mieux vaut réagir au plus vite et ne pas faire le dos rond en espérant que la situation s’améliore. En viticulture, les difficultés de trésorerie sont souvent liées au décalage entre le cycle de production et la commercialisation. Le viticulteur paye en effet toutes ses charges sur une campagne tandis que les ventes correspondantes démarrent au mieux l’année suivante et s’étalent souvent sur plusieurs années. Entre-temps, si les rendements chutent ou si les cours baissent, la situation financière peut se dégrader très vite et entraîner des difficultés de trésorerie. Intervenir le plus tôt possible et surtout, avant la cessation de paiement, c’est-à-dire la rupture de trésorerie, c’est optimiser les chances de résoudre les problèmes et de rester dans le champ des procédures amiables ou de la sauvegarde.

Nous proposons une analyse globale de l’exploitation assortie d’une étude spécifique de la situation financière et des garanties. Nous établissons un diagnostic précis, à la suite duquel une stratégie est proposée et discutée avec le viticulteur. Le coût du diagnostic initial incluant la réunion de synthèse d’élaboration de la stratégie est de l’ordre de 1 000 euros. Nous pouvons ensuite accompagner l’exploitant dans la mise en œuvre de la stratégie décidée, comme, par exemple, la mise en place d’un règlement amiable agricole. Cette procédure permet de restructurer la dette dans un cadre confidentiel, tout en assurant un cadre juridique sécurisé pour les créanciers. Cette procédure est aussi moins contraignante qu’une procédure collective car le viticulteur conserve toute la liberté de gestion de ses actifs et de son activité. Toutefois, elle ne permet pas d’imposer aux créanciers un étalement de leur dette, contrairement à la procédure judiciaire de sauvegarde."

Marie-Noëlle Charles

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Quelles solutions pour réparer les fils écourtés ?
Outre la classique épissure, il existe des astuces pour réparer un fil coupé sans perdre trop de temps.
Vignette
Parcours professionnels et salaires de ceux qui commercialisent le vin
La financiarisation du secteur viticole, à travers le rachat de domaines par de grands groupes extérieurs au monde du vin,…
Vignette
L’Union des œnologues met en avant ses concours
À Paris le 18 juin dernier, l’Union des œnologues de France a présenté à la presse les 23 meilleurs vins sélectionnés lors des…
Vignette
Cinq catégories de pompes décryptées
Utilisation, avantages, inconvénients, prix… Pour choisir la machine la plus adaptée à vos besoins, retrouvez un condensé de l’…
Vignette
Donner un visage à des vieux ceps
Jean-Pierre Constans sculpte les ceps de vigne avec une technique bien particulière. Il cultive ainsi une forme de philosophie…
Vignette
« Démontez entièrement les pompes au moins une fois par an »
Ingénieur spécialisé dans les équipements vinicoles à l’IFV, Jean-Michel Desseigne livre ses conseils pour choisir la pompe à vin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole