Aller au contenu principal

val de Loire
Synergies réussies pour les salons des vins en Val de Loire

Les 6 et 7 mars, le salon Levée de la Loire réunissait à Saumur 260 exposants dont le tiers hors Loire. Il était coordonné avec le salon Demeter, qui accueillait 100 exposants.
Les 6 et 7 mars, le salon Levée de la Loire réunissait à Saumur 260 exposants dont le tiers hors Loire. Il était coordonné avec le salon Demeter, qui accueillait 100 exposants.
© Gaellebcphotographe

Plusieurs fois bouleversée par la crise sanitaire, l’offre des salons professionnels en Val de Loire pourrait évoluer plus durablement. Organisé par l'association Loirevinbio, le salon Levée de la Loire s’est transporté cette année d’Angers à Saumur, les 6 et 7 mars, avec le salon Demeter. Il se montre très satisfait de la synergie nouée avec La Dive Bouteille, l’événement saumurois des vins nature. Il annonce entre 2 500 et 3 000 visiteurs dont 40 % en commun avec la Dive Bouteille, qui revendique 4 500 visiteurs. Sébastien David, vigneron et président de Loirevinbio, juge les chiffres très satisfaisants pour « un millésime de redémarrage » même s’il indique une baisse à 15 à 20 % attribuable au moindre visitorat étranger.

Valoriser la dimension internationale

Si cette année, le salon des Vins de Loire d’Angers n’a pas eu lieu physiquement, le salon angevin Saint-Jean (vins en bio et biodynamie) s’est, lui, tenu les 5 et 6 mars. Il a accueilli 2 900 visiteurs. "C'est 30 % de moins qu’en 2020, mais tout le monde était heureux de renouer avec le présentiel, souligne Mark Angeli, l'un des organisateurs. On ne pouvait faire mieux cette année que de montrer l’esprit collectif qui règne entre les différents salons". Que se passera-t-il en 2023 ? "En tout état de cause, nous resterons à Angers dans nos salles adorées !", prédit le vigneron.

« Nous allons parler tous ensemble, avec aussi l’interprofession, la région... », indique Sébastien David. Au-delà de la localisation, la question du financement est également sur le tapis. Le vigneron pointe le soutien institutionnel « au grand export via les grands salons de Paris et de Düsseldorf mais 15 % de notre visitorat c’est du grand export », souligne-t-il.

Côté planning, un principe restera intangible : se caler une semaine après le salon de Montpellier Millésime bio.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Georges Paire a réalisé une masse en béton de 400 kg déportée sur la gauche afin de contrebalancer le poids de sa prétailleuse située sur un mât à l'avant droite.
[Astuce] « J’ai créé une masse déportée sur la gauche du tracteur pour faire un contrepoids à la prétailleuse avant droite »
Georges Paire, du domaine des Pothiers à Villemontais dans la Loire, a réalisé une masse en béton de 400 kg déportée sur la…
L'Agile d'Alpego propose un recentrage automatique, qui permet de travailler au plus près du rang.
[VIDEO] - Les fraises interceps pour mulcher et désherber les vignes
Travaillant au pied du rang, les fraises interceps font leur retour et suscitent la curiosité des viticulteurs.
Le tressage de la vigne est une opération longue et minutieuse, consistant à entremêler les tiges entre elles afin d'éviter tout rognage.
Le non-rognage de la vigne, qualitatif mais chronophage
Les vignerons qui viennent au tressage ou à l’enroulement de la vigne le font pour diverses raisons. Respect du végétal, qualité…
Vigne touchée par la grêle dans le Médoc
Orages dans le Sud-Ouest : les vignes du Médoc meurtries par la grêle
Après la vague de chaleur, de violents orages ont touché le Sud-Ouest de la France, et en particulier la Gironde, de Bordeaux à…
Canicule 2022 : les bons réflexes à adopter pour les travaux dans les vignes
A la veille de l’arrivée officielle de l’été, le thermomètre s’affole et la vague de chaleur s’étend sur le territoire. Cette…
Avec l’enjambeur GSE, Grégoire renforce sa gamme pour vignes étroites
C’est en Champagne que Grégoire a annoncé la sortie du GSE, son nouveau tracteur enjambeur double rang destiné aux vignes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole