Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Essais
L’IFV Sud-ouest teste le traitement aux rayons UV des moûts et des vins

Le traitement des moûts et des vins par des rayons UV pour réduire les microorganismes des vins est testé par l’IFV Sud-ouest. Les premiers résultats sont prometteurs.

L’IFV Sud-ouest teste la stérilisation à froid des moûts et des vins par rayonnement aux UV avec l’appareil mis au point par la société Surepure.
L’IFV Sud-ouest teste la stérilisation à froid des moûts et des vins par rayonnement aux UV avec l’appareil mis au point par la société Surepure.
© DR

« L'utilisation de l'appareil de traitement des vins aux rayons UV mis au point par la société Surepure a pour premier objectif de pouvoir réduire les doses de SO2 en limitant la présence de microorganismes », explique François Davaux, œnologue responsable des essais à l'IFV Sud-ouest. Ce procédé physique permet en effet, grâce à l'émission de rayons UV-C ( de faibles longueur d'onde mais très énergétiques) de détruire les microorganismes comme les levures et les bactéries en dénaturant leur ADN. Depuis le mois de juillet, l'IFV teste notamment les capacités de l'appareil à éliminer les populations de levures dans différentes conditions. « Sur des vins rouges artificiellement contaminés en levure Brettanomyces, le traitement aux UV a permis de diminuer les Brett d'un facteur 10. D'autres essais permettrons d'affiner la quantité énergétique à appliquer selon le vin et le résultat voulu », précise François Davaux. Les premiers essais ont déjà mis en évidence que le traitement aux UV est plus « difficile » sur les vins rouges ou turbides que sur les vins blancs ou parfaitement clairs. « Les rayons UV-C peuvent être absorbés par la couleur et les polyphénols. L'appareil est conçu de telle sorte que le vin, sous l'effet d'une turbulence autour de la lampe UV, soit soumis à un rayonnement optimal. Reste cependant à adapter la quantité d'UV nécessaires au traitement en prenant en compte les facteurs que sont la couleur ou la turbidité », indique François Davaux. Autre résultat obtenu : il est préférable de procéder au traitement aux UV sur des vins dont les teneurs en oxygène dissous sont inférieures à 0,5 mg/l pour éviter toute oxydation du vin. « Le traitement aux UV accélère la consommation d'oxygène des vins et entraîne sur des vins riches en oxygène dissous une augmentation de la nuance de ces vins ».

L'impact organoleptique à vérifier

Le traitement aux UV a également été testé dans le cadre du mutage des vins doux en comparaison avec les techniques traditionnelles qui impliquent l'utilisation de doses de SO2 élevées pour stopper la fermentation alcoolique. « Le traitement aux UV a permis de stopper durablement la fermentation tandis que la méthode traditionnelle ne s'est pas montrée aussi efficace », précise François Davaux. L'impact organoleptique de cette technique va également être évaluée pour s'assurer de son innocuité. « Nous ne pouvons donc pas encore nous prononcer sur ce point. Un des risques notamment est l'apparition de goûts de lumière mais cela reste peu probable car ces goûts apparaissent à des longueurs d'ondes différentes de celles émises par l'appareil. Cela demande toutefois vérification ». L'IFV juge prometteuse cette technique au vu des résultats obtenus sur l'élimination des microorganismes. Par ailleurs, son faible coût énergétique présente aussi un avantage. Pour stériliser un moût par exemple, l'énergie employée serait certainement bien plus faible que celle consommée pour une flash pasteurisation. L'IFV poursuit ses essais pour affiner ces résultats sur cette technique qui, rappelons-le, n'est à ce jour pas autorisée.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole