Aller au contenu principal

Expérimentation
L’élevage sans SO2 sur rouge apporte du fruité

Selon des essais comparatifs d’élevage en cuve de vin rouge, réalisés à la cave de Tuchan en partenariat avec l’ICV, un élevage sans SO2 permet d’obtenir des vins plus ronds et plus fruités.

Selon des essais comparatifs menés par l’ICV, un vin rouge élevé sans SO2 présente des arômes plus fruités et un meilleur équilibre qu’un vin élevé avec SO2.
Selon des essais comparatifs menés par l’ICV, un vin rouge élevé sans SO2 présente des arômes plus fruités et un meilleur équilibre qu’un vin élevé avec SO2.
© P. Cronenberger

« Sur les trois modalités testées lors de nos essais, le vin élevé sans SO2 est apparu clairement plus qualitatif en comparaison des deux autres. Il présente des notes aromatiques plus fruitées et de la rondeur en bouche », affirme Daniel Granès, directeur scientifique de l'ICV. Les vins ont été élevés en cuve pendant six mois, juste après fermentation malolactique, avec un apport d'oxygène par micro oxygénation de 1,5 à 2 mL/L/mois. Une modalité a été sulfitée en fin de malo, l'autre a été lysozymée pour inhiber les bactéries lactiques et permettre un élevage en absence totale de SO2. La dernière modalité, également non sulfitée, a été élevée en présence de douelles.

Faire l'essai sans lysozyme

« Le vin élevé sans SO2 répond mieux et plus vite à l'apport d'oxygène. Il faut toutefois pouvoir valoriser le produit car l'ajout de lysozyme coûte cher. Il a fallu réaliser deux apports de 20g/hL et cela n'a pas suffit pour enrayer totalement les populations de bactéries lactiques », précise Daniel Granès. A souligner cependant que le lysozyme n'est pas prévu pour se substituer au SO2 mais pour en diminuer les doses d'emploi. Le vin élevé sans SO2 avec des douelle a, quant à lui, développé un caractère trop boisé et asséchant. « Il faut reprendre les essais en adaptant les doses et le rythme d'apport d'oxygène sur la modalité avec douelles. Et pour celles sans SO2, peut-être faut-il essayer de faire l'essai en se passant de lysozyme ? ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole