Aller au contenu principal

Le guide du Routard se met à l’œnotourisme

Le célèbre guide né en 1973 pour aider les voyageurs fauchés à explorer la planète, développe une collection d’œnotourisme et entend bien participer à la démocratisation de ce loisir.

Convaincu du potentiel de l'œnotourisme, le Routard applique son concept à ce loisir en pleine mutation.  © C.Gerbod
Convaincu du potentiel de l'œnotourisme, le Routard applique son concept de guide pratique à ce loisir en pleine mutation. Inaugurée par un guide Hérault, la collection s'est enrichie avec les parutions des titres Oenotourisme en Gironde et Oenotourisme en Bourgogne et Jura.
© C.Gerbod

Initiée avec un guide Hérault, la déclinaison œnotouristique du concept du Routard se déploie avec la sortie des éditions Gironde et Bourgogne-Jura à l’automne 2020. « On s’est aperçu que l’œnotourisme devenait un vrai sujet. Nous constatons une réelle dynamique. Nous voulons accompagner le mouvement », témoigne Jérôme Denoix en charge des publications partenariat de Hachette Tourisme.

Démocratiser le tourisme autour du vin

« Notre idée est de démocratiser le tourisme autour du vin. Notre valeur ajoutée est de rendre les choses plus simples tout en ayant une qualité scientifique. Nos guides sont toujours très structurés », expose Jérôme Denoix. Le Routard applique donc à l’univers foisonnant de l’œnotourisme son ton complice et son principe de sélectivité, classement et hiérarchisation.

Ces guides sont développés avec l’appui des collectivités territoriales à l’échelle du département ou de la région. La sélection des adresses occasionne évidemment des discussions. « Chacun veut avoir sa part, mais nos interlocuteurs veulent du Routard », glisse Jérôme Denoix. Le Routard applique donc sa méthode avec un croisement des sources sur les adresses et des auteurs qui vont sur le terrain.

Le rôle encore irremplaçable du guide papier

Le guide consacré à l'Hérault a initié la déclinaison du Routard sur l'œnotourisme © Hachette
Le guide Hérault est le premier Routard Oenotourisme.

Le Routard a fidélisé des lecteurs de ses débuts mais il cherche bien sûr à les renouveler. « Rendre les vignes attractives pour une clientèle plus jeune de 30/35 ans était le but du guide Hérault », indique Jérôme Denoix. Le dosage des propositions est donc crucial entre sites culturels emblématiques, visites de domaines, activités avec picto « recommandé pour les enfants »… Sensible à l’air du temps, il intègre les « mobilités douces », comme le vélo ou la marche. « On sent une volonté d’avoir une immersion différente. »

Une remise à jour est prévue tous les deux ou trois ans. « La particularité du Routard c’est que nous avons beaucoup de retours de lecteurs par mail ou courrier. Notre site Internet totalise 6 millions de visiteurs par mois », précise Jérôme Denoix. Mais pas question de faire grossir les guides. « C’est le même format à 10 % près. Être un guide synthétique fait partie de la promesse de simplicité. »

Des résultats de ventes considérés comme prometteurs

À l’heure de la digitalisation désormais omniprésente dans l’univers du tourisme, le Routard constate « un attachement au guide papier ». Le guide Gironde propose toutefois un enrichissement digital grâce à l’appli Hachette scan. La photographie d’une page permet de se géolocaliser et d’avoir accès à des vidéos ou sites internet relatifs à des activités proches.

« Nous sommes à 12 000 exemplaires pour les guides Gironde et Bourgogne-Jura, et plus de 18 000 pour le guide Hérault sorti il y a plus longtemps », confie Jérôme Denoix. Des données jugées très satisfaisantes. L’éditeur envisage donc de nouvelles destinations. La Provence, puis le Beaujolais et la Loire sont en discussion. Le Routard pense aussi à une traduction en anglais mais la crise sanitaire retarde pour l’instant cette perspective.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les rotors à axe horizontal et fils sont les plus plébiscités par les viticulteurs pour la tonte sous le rang.
Bien choisir ses tondeuses interceps
Afin de répondre à la demande croissante de tonte du cavaillon de la vigne, les solutions techniques se multiplient. Voici les…
Florian Brusseau : « Cette solution combinant désherbages mécanique et chimique nous est apparue comme le meilleur compromis débit de chantier, efficacité et impact environnemental. »
« Je désherberai chimiquement juste autour des vignes avec mon porte-outils interceps »
Florian Brusseau compte utiliser son porte-outils comme support de désherbage chimique. Il n’appliquera ses herbicides qu’au…
John Deere renouvelles ses tracteurs vignerons et fruitiers.
John Deere - Les tracteurs spécialisés plus puissants et plus confortables
John Deere dévoile la nouvelle génération de tracteurs vignerons et fruitiers. 
Astuces viti-vinicoles : le top 10 de la rédaction
Une bêche roulante, une laveuse de caisses à vendange ou encore une station météo. Voici les dix bricolages viti-vinicoles qui…
L'oïdium se développe de façon sournoise sur les grappes. Une fois installé, il est difficile de s'en défaire, d'où l'importance de prendre en compte la lutte indépendamment de celle du mildiou.
Les bons conseils face à l’oïdium en viticulture
L’oïdium surprend toujours les viticulteurs, au Nord comme au Sud. Voici quelques retours d’expérience pour le gérer au mieux.
Prix des vignes 2021 : les 5 points essentiels
La Fédération nationale des Safer a publié son bilan annuel du prix des terres agricoles pour 2021. En nombre de transactions…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole