Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Evolution des pratiques
L’AOP face au changement climatique

Le changement climatique questionne la capacité des AOP à faire évoluer leur cahier des charges pour maintenir un produit identifiable par leurs consommateurs. Pour Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint de l’Inra, elles devront s’adapter.

Pour Christian Huyghe, directeur 
scientifique adjoint de l’Inra, les cahiers des charges des AOP devront faire preuve de souplesse pour s’adapter au changement climatique.
Pour Christian Huyghe, directeur
scientifique adjoint de l’Inra, les cahiers des charges des AOP devront faire preuve de souplesse pour s’adapter au changement climatique.
© B. Velut

“D’un côté, nous avons un climat qui change, ce qui nous oblige à modifier nos pratiques viticoles. De l’autre, un système de cahiers des charges assez serré, peu enclin à évoluer. C’est un paradoxe : innover pour ne pas bouger ! ”, a lancé Christian Huyghe lors du colloque Vinosciences, organisé dernièrement à Beaune. Et de citer en exemple le Languedoc lors des dernières années chaudes : “ Ceux qui ont refusé la désalcoolisation ont produit des vins qui ne correspondaient plus à ce qu’on attendait d’eux ”, estime-t-il. Néanmoins, le changement climatique ne devrait pas suffisamment se faire sentir dans les dix années à venir pour nécessiter une modification radicale des cahiers des charges. “ On devrait voir tout au plus s’accentuer les écarts d’une année à l’autre. Ces écarts devront être atténués, essentiellement par des pratiques œnologiques. ”

 

 

 

 

Et à plus long terme ?

C’est la souplesse des AOP qui sera alors éprouvée : “ Elles devront adapter leur cahier des charges ”, selon Christian Huyghe. “ Irriguer, désalcooliser, voire même changer de cépage, c’est envisageable, poursuit-il. Déplacer l’aire d’appellation sur des coteaux exposés plus au nord, beaucoup plus difficile : les enjeux fonciers sont trop importants. ” De gros débats sont donc à prévoir, et à anticiper.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La boarmie et une chenille arpenteuse qui se confond avec le bois ou les vrilles. © IFV Alsace
La boarmie, mange-bourgeon de la vigne
La boarmie est un mange-bourgeons qui peut attaquer la vigne du stade gonflement des bourgeons jusqu’au stade une feuille étalée…
Première réunion de famille réussie pour les vignobles volcaniques
Jeudi 30 janvier 2020 avait lieu la première édition de Vinora, le salon international des vins volcaniques. Une trentaine de…
Wine Paris et Vinexpo Paris estiment avoir tenu leur « Paris »
Avec 29 280 visiteurs sur trois jours, dont 1/3 d’internationaux, Wine Paris et Vinexpo Paris estiment atteindre leur objectif,…
Les drones en viticultures sont principalement utilisés pour réaliser des cartographies montrant l'indice de végétation NDVI des parcelles. © BIVB
Zoom sur les capteurs de végétation
La viticulture de précision est rendue possible par le développement des capteurs. Voici un point sur leur mode de fonctionnement…
Variété résistante : son nom est UD-31.125
La France bute toujours sur le nom des variétés résistantes faisant référence à un cépage connu, surtout lorsqu’il est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole