Aller au contenu principal
Font Size

La biologie du sol, nouvelle composante des analyses agronomiques en vigne

Une bonne qualité biologique des sols est indispensable pour la préservation des potentiels agronomiques de nos terroirs. Cette prise de conscience est en train de s’opérer et amène les viticulteurs à s’intéresser à la vie souterraine.

Les lombrics représentent une part importante de la biomasse des sols. Ils sont l'un des indicateurs d'un sol en bonne santé.
Les lombrics représentent une part importante de la biomasse des sols. Ils sont l'un des indicateurs d'un sol en bonne santé.
© X. Delbecque

Si les propriétés physico-chimiques des sols viticoles n’ont quasiment plus de secret pour les viticulteurs, l’état biologique de nos parcelles est bien souvent méconnu. « C’est pourtant la base d’un sol de qualité, indique Patrice Coll, docteur en écologie des sols et consultant pour Viti-Œno Conseil. J’entends par là un sol qui peut supporter un objectif de production, en termes de quantité et de qualité, et de façon pérenne. » Il faut dire que les connaissances sur le sujet sont relativement nouvelles, et que les professionnels sont peu armés pour l’affronter. Et pour cause, les propriétés du sol rendent difficile l’appréhension de la notion même de qualité biologique. « Tous les sols sont différents et ancrés dans un contexte bien particulier, explique Rémi Chaussod, spécialiste des sols retraité de l’Inra et actuel directeur du laboratoire Semse. Il est impossible de réaliser une mesure simple et unique et de déterminer une valeur de référence comme cela se fait pour l’eau ou l’air. » En effet, une teneur en biomasse totale de 300 milligrammes par kilo de terre est considérée comme élevée en Champagne, alors qu’elle est basse pour un sol du Beaujolais. Dans un tel cas, vouloir définir un niveau de biologie « idéal », avec une valeur chiffrée à atteindre, est pour le moins hasardeux. « Pour y voir plus clair nous aurions besoin d’accumuler des données, de façon à créer un référentiel par zone. Nous pourrions ainsi interpréter les analyses dans un environnement donné. Ce travail pourrait être pris en charge par les interprofessions, par exemple », poursuit le directeur. Un avis que partage Patrice Coll : « il y a un vrai effort à faire sur la création d’une base de données. Cette absence de références est un frein à l’application d’analyses biologiques sur le terrain, car le viticulteur n’a aucune indication sur les effets positifs ou négatifs de ses pratiques culturales sur la qualité des sols ».

Il n’y a pas de mauvais sol comme il n’y a pas de mauvais vin

Ces critiques étayent bien les propos du cabinet d’études Bipe (1) , qui trouve que la filière devrait se doter d’un observatoire national du vignoble. En l’absence d’un tel observatoire, Rémi Chaussod estime qu’« on ne peut pas vraiment se fixer d’objectif. Par contre, on peut faire par rapport à l’existant. L’analyse biologique donne une valeur actuelle qu’il faut enregistrer et sur laquelle on doit se tenir à minima ».

C’est donc au viticulteur de définir l’équilibre qui lui donnera un sol de qualité. Pour cela, il devra s’assurer de l’abondance, la diversité et l’activité des organismes vivants, afin d’obtenir une bonne structure ainsi que l’aération nécessaire aux bactéries aérobies, effectuant la minéralisation. Mais stimuler trop fortement les organismes du sol, en apportant de la matière organique par exemple, peut aboutir à une fourniture en azote trop importante, avec les conséquences que l’on connaît (hausse de la vigueur et du rendement). Une analyse biologique du sol permet donc avant tout de vérifier que son fonctionnement est bien compatible avec les objectifs de production.

 

(1) voir Réussir Vigne n° 221, page 3.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole