Aller au contenu principal

Les conclusions d'un élevage en barrique en immersion dans le bassin d'Arcachon

Le château Larrivet Haut-Brion a testé l’élevage d’un vin dans un parc à huîtres du bassin d’Arcachon, avec succès. Il dispose d’un profil plus frais et plus rond que celui du chai.

L'élevage en barrique sous l'eau modifie le profil aromatique du vin, pour plus de fraîcheur.
© Château Larrivet Haut Brion

C’est avec surprise que Stéphane Derenoncourt, consultant au château Larrivet Haut-Brion, à découvert les différences analytiques et gustatives entre un vin élevé en chai ou en mer. Tout a commencé en 2012, lorsque la propriété de Pessac-Léognan s’est lancée dans une expérience pour le moins originale : faire vieillir un vin dans un parc à huîtres du bassin d’Arcachon. Pour cela, il a placé le vin de 2009 sorti d’élevage dans deux fûts neufs de 55 litres, l’un immergé à deux mètres sous l’eau durant six mois, et l’autre laissé classiquement en chai. Le témoin a quant à lui été mis en bouteille. Étonnamment, le vin élevé dans le bassin d’Arcachon a gagné 80 mg/l d’ion sodium, « l’équivalent de la teneur d’une eau de type Badoit », précise l’œnologue consultant. Pour Bruno Lemoine, directeur général du château Larrivet Haut-Brion, la pression de l’eau influence la vitesse d’assimilation du sodium dans le vin. ((« Pour un même temps sous la mer, à une profondeur plus importante, la concentration en sodium aurait été plus élevée. »)) Plus surprenant, il a perdu un demi-degré d’alcool par rapport à l’élevage au chai. Un phénomène qui peut peut-être s’expliquer par un petit passage d’eau de mer dans la barrique, imposé par la pression.

Le sel atténue l’amertume du bois neuf

À la dégustation, la différence est nette. Le témoin apparaît comme étant le moins frais. Le vin élevé sous l’eau se distingue de celui du chai par des tanins plus arrondis, une sucrosité plus présente et moins d’amertume. « Le sel venant de l’eau de mer atténue l’amertume, explique Stéphane Derenoncourt. De façon empirique, les vignerons ajoutaient du sel pour l’amoindrir. » Le vin élevé dans le bassin paraît également moins austère, avec des tanins plus soyeux. « Le roulage et le tangage ont accéléré le vieillissement par polymérisation des tanins », analyse Bruno Lemoine.

Initialement il était prévu de compléter cet essai avec un élevage de six mois sur un bateau à voile. Malheureusement le navire a fait naufrage, et l’essai est… tombé à l’eau !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole