Aller au contenu principal

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Viticulture de conservation
La viticulture de conservation au service du sol

Les engrais verts sont de plus en plus utilisés en viticulture. Mais au-delà de leur simple utilisation pour compléter la fertilisation, ils sont le point de départ d’un système de culture innovant, l’agriculture de conservation. Un modèle au paradigme nouveau, radicalement opposé à ce que l’on connaît de l’agriculture traditionnelle. Ceux qui franchissent le pas sont toutefois unanimes : il est préférable de lutter avec les plantes, plutôt que de se battre contre. La viticulture de conservation se présente comme une des voies d’avenir pour concilier la performance économique des entreprises et une viticulture plus respectueuse de l’environnement en adéquation avec les attentes sociétales. « Même s’il faut savoir rester humble et garder à l’esprit que nous résolvons les problèmes d’aujourd’hui en créant ceux de demain », rappelle avec sagesse Marc-André Selosse, chercheur au Muséum d’Histoire Naturelle et défenseur de cette philosophie.

Une autre caractéristique de l’agriculture de conservation est de ne pas avoir de cahier des charges. Dans la pratique, chacun place le curseur comme il le sent en fonction de ses convictions et de ses contraintes propres, mais toujours dans le but d’exploiter un maximum les fonctionnalités du sol.

 

Revoir la vidéo " Moissonner du blé entre les rangs de vigne"

Au sommaire de ce dossier

Pour Hubert Gerber, viticulteur en Alsace, les avantages de la viticulture de conservation des sols sont nombreux. © X. Delbecque
Retour sur 10 ans de non-labour
Dans le Bas-Rhin, Hubert Gerber conduit ses vignes en semis direct et en non-labour.
Les plantes cultivées, comme la féverole, sont au cœur de la stratégie de la viticulture de conservation. Elles étouffent les adventices, structurent le sol et entretiennent la fertilité. © X. Delbecque
Aller vers un sol autofertile
Retrouver un fonctionnement optimal des sols et laisser faire le travail par les organismes vivants, tout en récoltant les bienfaits économiques, agro
Jean-Pierre Sarthou est enseignant-chercheur. Il a fait de l'agriculture de conservation sa spécialité, et la pratique sur sa propre exploitation dans le Sud-Ouest. © J.-P. Sarthou
" Il ne faut pas se lancer aveuglément dans l'agriculture de conservation ", selon l'agronome Jean-Pierre Sarthou
Jean-Pierre Sarthou est professeur en agronomie-agroécologie à Toulouse INP-Ensat/Inrae UMR Agir.
Les viticulteurs membres du réseau Agr'eau se réunissent deux à trois fois par an pour échanger sur les pratiques et étudier une thématique particulière. © Agr'eau
Vers une meilleure gestion de l'eau avec le programme Agr’eau
Dans le Sud-Ouest, le programme Agr’eau a été lancé pour protéger la ressource en eau.
Publicité