Aller au contenu principal

De l’expérimental à la cuvée sur-mesure

En Champagne, Julien Launois a commencé par tester l’impact des différentes chauffes d’un fût sur ses vins. Puis, celui de la malo et du bâtonnage. Ces essais lui ont inspiré une cuvée de prestige à laquelle ses clients participent.

Julien Launois suspend ses cuvées expérimentales à des câbles métalliques à des finalités purement esthétiques. Il a constaté que " cela suscite l'intérêt des clients de passage".. © J. Gravé
Julien Launois suspend ses cuvées expérimentales à des câbles métalliques à des finalités purement esthétiques. Il a constaté que " cela suscite l'intérêt des clients de passage"..
© J. Gravé

Lorsqu’il reprend l’exploitation familiale en 2013, Julien Launois choisit d’élaborer son propre champagne, à l’inverse de son père, qui était récoltant-coopérateur. Pour créer ses cuvées, il mobilise ses connaissances en œnologie, sans toutefois y vouer une confiance aveugle. « Au cours des études, on m’a appris que le niveau de chauffe d’une barrique avait un impact sur le profil du vin. J’ai voulu le vérifier », lance-t-il. Pour le millésime 2016, il demande à la Tonnellerie artisanale de Champagne de lui confectionner 6 fûts, en détaillant ce qu’il a en tête. « J’ai expliqué que les vins ne séjourneraient qu’un an dans le fût", raconte Julien Launois. Son tonnelier lui fabrique alors 6 barriques à partir de merrains vieillis 4 ans, contre 3 en temps normal, "afin d’éviter d’extraire des tanins trop durs". En parallèle, le vigneron sélectionne une parcelle du Mesnil-sur-Oger, et ensemence les raisins à l’aide de levures sélectionnées « pour qu’il n’y ait pas d’autres variables que la chauffe du fût ». Après la FA, les vins de base reposent dans les fûts jusqu’au mois de juin suivant.

Des essais à plusieurs variables pour affiner les styles

Peu avant la mise en bouteille pour la prise de mousse, Julien Launois déguste ses essais. « Il y avait deux niveaux de chauffe qui étaient très proches, j’en ai donc éliminé un pour les essais l’année suivante », indique le Champenois. En 2017, il réitère l’expérience avec cette fois deux fûts par niveau de chauffe à savoir chauffe légère, moyenne-moins, moyenne, moyenne-plus et forte. Il décide par ailleurs de réaliser la malo dans l’une des deux barriques de chaque modalité. « Sur l’ensemble des chauffes, il y a plus de fraîcheur lorsqu’il y a encore de l’acide malique, et plus d’onctuosité dans les modalités qui ont effectué la malo », relate Julien Launois. En 2018, c’est à partir d’un assemblage de raisins issus de deux parcelles qu’il lance de nouveaux essais, toujours sur 10 fûts. Il bloque les malos, mais teste le bâtonnage, un en novembre et un en décembre, toujours sur un fût sur deux. « Effectivement, les vins présentent plus de volume et de gras, et ce avec seulement deux bâtonnages », témoigne-t-il. En 2019, le vigneron bâtonnera ses vins et laissera les fermentations malolactiques se dérouler.

Les clients choisissent le dosage et la durée de vieillissement

Concernant l’impact des niveaux de chauffe, Julien Launois reste prudent vis-à-vis des conclusions, les résultats étant moins directement visibles. « J’ai constaté qu’il y avait un fort impact du millésime ; pour des conditions de vinification identiques, mes préférences vont vers des niveaux de chauffe différents d’une année à l’autre », déclare le Champenois. Chaque année, il observe toutefois que les différences entre les modalités s’amplifient après la prise de mousse. « Il faut voir au bout de dix ans si ces différences se maintiennent, expose-t-il. Mon avis est que plus la chauffe est forte, plus les évolutions seront grandes. » Julien Launois garde 20 bouteilles de chaque fût dans sa vinothèque pour observer les évolutions au cours du temps.

Le reste, environ 236 bouteilles, est utilisé pour la cuvée Single Barrel, coélaborée avec les clients du vigneron, des importateurs étrangers. Ces derniers sélectionnent leur champagne lorsque le vin est encore en fût, avant la prise de mousse. Ils sont libres de choisir la durée de vieillissement sur lattes ainsi que le dosage à travers des essais à 2, 4, 6 et 8 g/l. Julien Launois met pour cela 20 bouteilles par fût de côté, qui servent aux dégustations de suivi avec ses clients. C’est ensuite à eux de déterminer la fin du vieillissement, qui peut durer jusqu’à dix ans. Il leur en coûtera 20 000 € le tonneau, soit 216 bouteilles, à 90 € l’une. Un prix fixe, peu importe la durée de l’élevage.

repères

Champagne Paul Launois

Localisation Mesnil-sur-Oger

Surface 6,5 ha

Circuit de distribution export

Prix départ caveau 29 à 90 €

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
La taille de la vigne se réalise à l’aide d’un sécateur.
Comment tailler la vigne ? Huit choses à savoir
Pour un bon rendement et une bonne qualité des grappes, il est indispensable de bien tailler sa vigne et à la bonne période.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole