Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Conseil
Copeaux et thermo pour rattraper une vendange de maturité moyenne

La société Oenovia propose trois itinéraires pré fermentaires différents associés à l’utilisation de bois pour l’œnologie pour rattraper une vendange dont l’optimum n’est pas atteint.

Bruno Kessler conseille d’associer des itinéraires pré fermentaires d’extraction à l’utilisation de copeaux en phase fermentaire pour rattraper les problèmes liés à une vendange de qualité moyenne.
© J.GRAVÉ

Sur une vendange n'ayant pas atteint la maturité phénolique optimale, deux problèmes peuvent apparaître : la présence de notes végétales et l'extraction de tanins verts. « L'idée est d'extraire les composés présents dans la pellicule mais pas ceux des pépins, car il ne sont pas mûrs », explique Bruno Kessler, directeur d'Oenovia, société de conseil et d'assemblage de bois pour l'œnologie. Trois itinéraires pré fermentaires sont proposés. « La macération pré fermentaire à froid prolonge la macération tout en retardant la fermentation. Avec cette option, il faut décuver vers 1010 de densité pour éviter l'extraction par l'alcool des tanins de pépins », précise Bruno Kessler. Autre possibilité : l'utilisation de la thermo ou de la flash. « Avec la thermo, il faut viser un niveau de turbidité du moût proche de 300 NTU et une température de fermentation de 24°C pour éviter de procurer un caractère trop amylique au vin. Si la Flash est mise en œuvre, c'est avec le type de copeaux utilisés en phase fermentaire que l'on va gommer la dureté des tanins extraits ».

Le copeaux en phase fermentaire

Dans les trois cas, la société Oenovia préconise l'utilisation de copeaux en phase fermentaire. « Le bois permet de stabiliser la couleur par co-pigmentation et d'apporter de la rondeur aux vins notamment en ajoutant un léger pourcentage de bois toasté américain. Le type de bois et la dose employée doivent faire l'objet d'un conseil pour éviter de durcir les vins avec du bois non adapté », souligne Bruno Kessler. Autre conseil : pour éviter d'avoir un vin plat, le pH doit être calé à 3,55 avant malo afin d'anticiper la perte d'acidité.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La boarmie et une chenille arpenteuse qui se confond avec le bois ou les vrilles. © IFV Alsace
La boarmie, mange-bourgeon de la vigne
La boarmie est un mange-bourgeons qui peut attaquer la vigne du stade gonflement des bourgeons jusqu’au stade une feuille étalée…
Première réunion de famille réussie pour les vignobles volcaniques
Jeudi 30 janvier 2020 avait lieu la première édition de Vinora, le salon international des vins volcaniques. Une trentaine de…
Wine Paris et Vinexpo Paris estiment avoir tenu leur « Paris »
Avec 29 280 visiteurs sur trois jours, dont 1/3 d’internationaux, Wine Paris et Vinexpo Paris estiment atteindre leur objectif,…
Les drones en viticultures sont principalement utilisés pour réaliser des cartographies montrant l'indice de végétation NDVI des parcelles. © BIVB
Zoom sur les capteurs de végétation
La viticulture de précision est rendue possible par le développement des capteurs. Voici un point sur leur mode de fonctionnement…
Variété résistante : son nom est UD-31.125
La France bute toujours sur le nom des variétés résistantes faisant référence à un cépage connu, surtout lorsqu’il est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole