Aller au contenu principal

« Brasser permet de se faire plaisir, d’innover », Germain Croisille, viticulteur au Château les Croisille, à Luzech, dans le Lot

Etant en appellation mono-cépage, le vigneron Germain Croisille apprécie les possibilités d'innovation offertes par la bière.

Le vigneron Germain Croisille brasse sa bière.
Germain Croisille (au centre), viticulteur au Château les Croisille, à Luzech, dans le Lot.
© Château les Croisille

« Avec Mathieu Resséjac, un ami chef de projet dans le bâtiment, nous avons commencé les premières brassées en 2015 pour nous amuser, dans notre garage. En tant que viticulteur installé à Cahors, je n’ai qu’un seul cépage à vinifier, donc faire de la bière apportait un peu de piment, de changement.

Cela nous a bien plu et nous avons décidé de continuer. En 2019, nous avons fait appel à mon cousin Antoine Portier, qui avait une expérience de brasseur et nous avons construit une brasserie à part, avec une entité juridique distincte, la brasserie Les Acolytes.

Il est assez difficile de se fournir en bio

Nous ne produisons pas nous-même le houblon, ni l'orge. Nous nous approvisionnons auprès d’une malterie en Belgique. Nous sommes en bio, donc c’est assez compliqué de se fournir mais nous y arrivons. En revanche, c’est pratiquement impossible au niveau local, la production étant irrégulière. À moyen terme, nous pourrions produire de l’orge, nous avons les terres et les équipements nécessaires, mais il faudrait trouver un malteur de confiance.

Nous produisons actuellement 800 hl/an, sur deux gammes : la classique, située vers 2,50 à 3 euros la bouteille de 33 cl, et une gamme plus originale, à base de marc ou de raisin, qui, elle, vaut 8 à 13 euros les 75 cl. La bière des vendanges intègre du raisin frais (malbec) durant la fermentation. Et la Bâtarde est fermentée et macérée sur du marc de malbec ou du marc de vins orange d’amis (sauvignon blanc et chenin).

Nous avons lancé des fûts pour l'évènementiel

Pour la commercialisation, nous nous sommes appuyés sur notre clientèle habituelle, à savoir les CHR et les cavistes, et nous avons développé la vente de fûts pour des évènements locaux. Notre activité brassicole est aujourd’hui à l’équilibre financier, mais je ne pense pas que ce soit l’avenir des vignerons, car le marché commence à être saturé. Beaucoup de microbrasseries se sont lancées, c’est un marché très concurrentiel. »

Les plus lus

Cristel Grégoire, viticulteur coopérateur à Bessan, dans l'Hérault, a mis au point un programme pour réduire l'utilisation des phytos.
« J’économise 50 % de phytos dans mes vignes grâce à un programme couplé au bicarbonate de potassium »
Dans l’Hérault, Cristel Grégoire a mis au point sa propre bouillie à base de bicarbonate et développé un programme qu’il nomme «…
Thibaut Déplanche, directeur général du laboratoire Celesta-lab, dans l’Hérault, explique qu'il faut un sol en bon état pour réussir et rentabiliser un couvert ...
« Il est primordial de rentabiliser le semis des couverts dans ses vignes »

Semer un couvert végétal peut être bénéfique, à condition de le réussir. Les conseils de Thibaut Déplanche, directeur de…

Coup de frein sur les ventes de vignes en 2023

Dans un contexte global de crise, le marché des terres viticoles a vu son nombre de transactions baisser en 2023, tandis que…

Si la position des trois leaders de la machine à vendanger n'a pas changé, les parts de marché ont fortement évolué.
Immatriculations 2023 des machines à vendanger - Le marché se resserre

En chute, le marché des machines à vendanger est marqué par une progression des deuxième et troisième. 

parcelle de vigne arrachée
Arrachage de vignes : quelles modalités de répartition des 150 millions d’euros d’aides ?

Face à la crise viticole, le ministère sonde actuellement les viticulteurs pour affiner les modalités du plan de réduction du…

Le nouveau sécateur C3X intègre une batterie 10,8 V au bout de la poignée.
Pellenc lance une offre de sécateurs à batterie embarquée

Pellenc double le nombre de sécateurs électriques à son catalogue, avec un sécateur professionnel sans cordon... et un second…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole