Aller au contenu principal

Un enrobé végétal sur les routes pour remplacer le bitume issu du pétrole

  La technique en est encore à un stade expérimental mais elle pourrait se développer. Dans les Deux-Sèvres et le Gers, des portions de route ont été recouvertes avec un enrobé végétal à hautes performances techniques et environnementales. Le Biophalt présente une empreinte carbone neutre. Son surcoût est pour le moment de 25 % par rapport à un bitume issu du secteur pétrolier.

Le bitume utilisé dans les chantiers de travaux publics est issu des filières pétrolières. L’enrobé végétal Biophalt propose une alternative pour recouvrir les routes avec un matériau à hautes performances techniques et environnementales.
© David Fleg / flickr

Un enrobé végétal pour recouvrir les routes, c’est ce qui vient d’être posé sur 2 km de voirie dans les Deux-Sèvres. Le chantier a été réalisé par le groupe Eiffage. L’information est relayée par Agri 79 sur le site CaracTerres.

L’enrobé porte le nom de Biophalt. Il est composé d’un liant végétal issu de la sylviculture des Landes est « entièrement recyclable », explique le journal départemental. L’enrobé provient de déchets de papeterie. Pas de matériau issu du secteur pétrolier donc, et il est possible d’intégrer dans sa composition 30 à 40 % d’enrobé recyclé. Ces caractéristiques permettent à ce bitume de bénéficier d’une empreinte carbone neutre.

 

La solution à hautes performances techniques et est pour le moment plus onéreuse qu’un enrobé classique. Le surcoût est de 25 % actuellement mais la Communauté de communes du Val de Sèvre, à l’origine de ces travaux novateurs, estime que le prix pourrait baisser si la technique se développe.

Le Biophalt expérimenté dans les Deux-Sèvres et le Gers

Dans le Gers, une expérimentation similaire va être menée pendant 4 ans sur la RD654. « Pour la rénovation d’un km de chaussée, la technique d’enrobé à base de liant végétal permet de réduire de 22 tonnes les émissions de CO2, soit l’équivalent de 22 allers-retours Paris-New-York en avion », indique le Conseil départemental du Gers dans actu.fr.

 

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
méthaniseur agricole
Energies renouvelables : revalorisation du tarif d’achat du biométhane
Afin d’accroître la production de biométhane en France, le gouvernement publie deux textes visant à revaloriser le tarif d’achat…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
estives Lozère sécheresse
Sécheresse – décapitalisation : « coopératives et négociants voient arriver beaucoup d’animaux depuis deux semaines »
La présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère exprime sa crainte de voir la décapitalisation des bovins viande s’amplifier…
Publicité