Aller au contenu principal

Sur M6, un couple d’agriculteurs normands participe à l'émission Qui veut être mon associé ?

Marine et Jean-Sébastien Schils sont deux jeunes agriculteurs d'une ferme située près de Caen. Le couple s'est lancé dans la fabrication de pailles à boire à partir du seigle et a fondé la marque La Paille d'O. Pour développer leur activité, les deux céréaliers cherchaient un investisseur et ont tenté de convaincre les jurys de l’émission « Qui veut être mon associé ? » diffusée le 4 janvier à 21 h10 sur M6.

Marine et Jean-Sébastien Schils, un couple d'agriculteurs sur M6
Marine et Jean-Sébastien Schils vont-ils trouver un associé pour développer leur activité de production de pailles à boire biodégradables fabriquées à partir du seigle de leur exploitation agricole ?
© Capture d'écran M6

[Mise à jour le 5 janvier 2023]

Paille d'O, la marque de pailles à boire biodégradables et réutilisables mises au point par Marine et Jean-Sébastien Schils va pouvoir décoller. Les deux agriculteurs qui participaient à l’émission « Qui veut être mon associé ? » ont convaincu 3 des 5 jurys lors du premier épisode de la saison 3. Le couple très ému a parlé d’agriculture sur un plateau où ce sujet est rarement évoqué. Anthony Bourbon a été le seul à réserver un accueil très froid au pitch déroulé par les deux jeunes professionnels à qui il a reproché leur stress. Pour lui, le projet ne peut pas permettre de faire gagner de l’argent à un investisseur.

 

Au total, les fondateurs de la marque Paille d’O ont réussi à lever 70 000 €. Eric Larchevêque, Delphine André et Jean-Pierre Nadir entrent dans le capital de l’entreprise à hauteur de 24 % et détiendront chacun 8 % des parts. Marc Simoncini a promis pour sa part d’essayer de convaincre ses amis du réseau des restaurateurs d’adopter les pailles « made in France ».

« Aujourd’hui, ces 70 000 € sont un apport conséquent pour l’entreprise », explique Jean-Sébastien Schils dans le journal normand Liberté. La somme va servir à mécaniser davantage « la découpe des pailles et le tri des tiges de seigle ». Elle permettra aussi de poursuivre « la recherche et le développement pour des gobelets et des assiettes en paille », détaille-t-il dans l’hebdomadaire régional.

Depuis la diffusion de l’émission, le couple d’agriculteurs a reçu des centaines de messages : des personnes qui proposent leur aide gracieusement et des offres de services. Ils ont également enregistré près de 200 commandes, relate encore le site actu.fr.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Recherche associé pour développer un marché de paille de seigle bio. C’est l’appel que vont lancer Marine et Jean-Sébastien Schils ce mercredi 4 janvier sur M6 dans l’émission « Qui veut être mon associé ? ». Le couple d’agriculteurs a choisi cette diversification originale à Fontenay-Le-Marmion dans le Calvados. En novembre 2022, ils ont été lauréats de la première édition du Sima farming awards dans la catégorie nouveaux marchés. Les pailles sont transformées par l’Esat de Saint-André-sur-Orne, à moins de 10 km de la ferme.

Elles sont emballées par une entreprise normande et commercialisées dans le réseau de proximité. Une démarche en circuit court pour laquelle les deux jeunes céréaliers estiment avoir un « engagement social » comme ils l’ont expliqué lors de la soirée de remise des prix, le 6 novembre 2022 à Paris.

 

 

50 000 € pour 15 % des parts

Avant le passage dans l'émission, le couple indiquait chercher à développer leur activité. La « petite ferme familiale en Normandie » veut se spécialiser dans la « valorisation de la paille dans tous ses états », pouvait-on lire sur le compte Facebook de leur entreprise « La Paille d’O ». Cependant « nous manquons de temps pour nous y consacrer pleinement alors qu’il y a du potentiel » confiait Jean-Sébastien dans Ouest-France.

Les deux jeunes entrepreneurs ont d’autres projets de biomatériau à base de céréales mais l’entreprise ne permet pas pour le moment de faire vivre deux personnes. « Nous devons trouver des solutions pour rentabiliser notre affaire », assurent-ils dans le journal régional.

 

 

 

 

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
inrae
Comment les cultures associées peuvent augmenter la production agricole
Grâce à ses travaux, une équipe internationale de scientifiques, dont des chercheurs d’Inrae, a mis en avant l’intérêt des…
Publicité